Ça y est, enfin !

Voilà plusieurs semaines, j’ai eu un doute.
Puis un doute un peu plus lourd quand j’ai regardé le calendrier…
Mais je me connais, je sais qu’il faut me méfier de mon corps et des capacités assez enthousiaste de mon cerveau pour générer des symptômes quand il n’y a rien.
Mais finalement, j’ai tenté le test de grossesse.

– Appréhension en ouvrant la boite
– Relecture de la notice
– Respiration
– Relaxation
– Petit pipi
– Rangement un peu maniaque du matériel
– Coup d’œil furtif vers le test et là… OMG !

 

Comment dire, décrire, expliquer les émotions qu’on ressent à ce moment là ?
Comment exprimer cette hallucination quand LE fameux test affiche en moins d’une minute un résultat positif, alors qu’on a pris la mauvaise habitude d’attendre 2, 3 voire 4 minutes pour voir habituellement apparaître une réponse négative ?

La seule expression qui m’est venue à ce moment là a été :

« Oh – MY – GOD« .

Et puis j’ai eu cette grande expiration et l’impression que tout devenait plus mou et léger.
J’ai un peu basculé dans un autre monde, où mes pieds ne touchaient pas vraiment terre mais où, pourtant, j’avais parfaitement conscience de ce qui m’entourait.

 

En même temps… ces derniers jours je mourais de faim passé minuit et j’avais tellement faim le matin que j’en avais des nausées.
Il faut aussi dire que j’avais mal aux seins et toujours pas de douleurs de « règles ».
Mais, comme j’étais en Inde (pour le boulot) je me suis persuadée de pas m’affoler car les chocs de chaleur et le jet lag pouvaient tout expliquer.
Et je n’avais VRAIMENT pas envie d’espérer pour rien.

Alors cette réponse positive, c’était un peu comme le billet gagnant acheté par le mec qui n’y croit pas.
Un truc qui retourne ton univers à la façon d’une boule à neige mais sans ouvrir le sol sous tes pieds ni faire déclencher une apocalypse dans ta tête.

 

C’est un ‘cadeau du ciel’ serait sans doute l’expression la plus juste.

 

 

 

Pour autant… j’étais encore parfaitement calme et sereine. Comme si « ce n’était pas vraiment vrai ».
      Même après être allée dans un hôpital local (luxueux pour la norme locale) faire une prise de sang…
     Même après avoir reçu les résultats (par texto?!?) en pleine soirée avec des copains…
    Même après en avoir fait l’annonce au papa… 

 

Il a fallu attendre de voir le gynéco en France et de voir de mes yeux son cœur battre via la magie de l’échographie pour que, d’un coup, je m’enflamme ! Ou plutôt, que je m’autorise enfin à y croire dur de dur et à sur-kiffer ce qui était en train de se passer !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Ça y est, enfin !

  1. Je sens ta profonde tristesse car je la connais bien moi aussi , ou plutôt je l ai connu .Cette grande frustration de se dire pourquoi les autres y arrivent et pas moi … évidemment c est plus facile pour moi maintenant d en parler car j ai eu le bonheur d avoir mon fils !! Nous avons connu les examens, les attentes , les fausses couches ,les prières a sainte Rita ( oui on se raccroche a tout), le « sexe imposé  » ( je crois que c’est ça le pire , ça met à mal le couple, c est pour ça qu’il faut se serrer les coudes ) , les 2 ans et demi d espoir et de désillusion et enfin le bonheur. Je mesure ma chance tous les jours !!! Tu as raison d en parler ici , avec d autres comme nous qui connaissent cette peine car meme les médecins banalisent la fausse couche . Je t envoie plein de pensées positives , et n hésite pas si tu as besoin de parler ?

    1. Merci Cilou.
      A la base je n’écrivais pas pour partager mais plutot pour me « vider » sans imposer ça à mon mari ou mes amis. Mais en relisant, je me suis dit que je ne pouvais pas etre la seule à encaisser ça. J’ai cherché des témoignages de personnes ayant connu ce chemin mais je n’ai pas trouvé des textes dans lesquelles je me reconnaissais. Alors je me suis dit que c’était le bon moment pour partager

Laisser un commentaire