L’apprentissage de la propreté avec les culottes d’apprentissage ?

Comme tout parents d’un enfant de bientôt 3 ans, l’été a été pensé sous le signe de la la premiere rentrée scolaire et donc … de l’apprentissage de la propreté.
Sauf que notre chère et tendre enfant est une vraie tête de mule qui a énergiquement refusé de passer à la propreté -_-
Pourquoi s’em**der à aller aux toilettes quand on peut faire ses besoins dans une couche si facile et confortable, hein ?

Après un épisode de maitrise du pot et une très mauvaise expérience de « grosse commission », MissJ avait décidé de rester aux couches avant même ses 2 ans.
Il faut dire qu’on est passé très vite aux couches qui s’enfilent (dès qu’elle a su marché ) et que ça lui convenait très bien. Même si, depuis ce printemps, on lui proposait des culottes d’apprentissage. 

Pourquoi des culottes d’apprentissage ?

L’idée, derrière ce changement de couches, était de lui proposer un intermédiaire entre la couche et la culotte. Une « couche » d’entraînement en quelques sorte, avec des fonctionnalités qui lui permettait de se rendre plus autonome.

i1hZBnRkQkmSFRyPHhLoOQLes culottes Pull ups de Huggies – version fifille …

Elle pouvait ainsi baisser et remonter sa couche tout seule, et porter quelque chose de plus fin et léger que des vraies couches.

Ce qu’en dit la marque :

L’apprentissage de la propreté est une étape incontournable dans la vie des parents et de l’enfant. Pour vous aider à mieux préparer ce moment, Huggies® a créé Pull-Ups®

Développées pour encourager l’indépendance de votre tout-petit, les culottes d’apprentissage Huggies® Pull-Ups® lui permettent d’apprendre à devenir propre tout en douceur et de manière ludique!

Accompagnez-le dans cette étape importante de son développement et passez avec succès aux sous-vêtements avec leur indicateurs d’humidité et la méthode d’apprentissage Pull Ups

Une fausse bonne idée ?

Malgré tous les bons sentiments qu’il y a derrière ces culottes d’apprentissage, chez nous elles ont été plutôt contreproductives…

D’abord parce que MissJ a tellement a-do-ré ces culottes d’apprentissage qu’elle ne voulait plus s’en passer.
La marque m’en a offert un paquet ce printemps et j’ai dû en racheté tout l’été sous peine de haut cris et de plaintes larmoyantes (si si, vous n’imaginez pas le pouvoir des couches Minnie ^^)

La faute aux motifs Disney  et le fait qu’elle peut les dé-scratcher sur les côtés en plus de les prendre et les enfiler seule.
En somme : cet été mademoiselle pouvait passer sa journée en autonomie complète, en changeant elle même sa couche dès qu’elle était sale
-_- J’avoue, c’était plutôt confortable pour moi lors des temps calme mais très gourmand en consommation de couches !

img_9075img_9079

 

Et en dehors de cet effet addictif (auprès des petites filles trop malines pour leur âge), j’ai trouvé l’idée un peu contre productive. Car, alors qu’on encourage l’enfant à ressentir ses sensations (l’envie de faire pipi, la gêne en cas d’humidité, etc), ces culottes offre une absorption beaucoup trop efficace en plus de leur indicateur d’humidité.
A cause d’eux l’enfant n’est pas à l’écoute des signaux et on loupe le coche, non ?

Pourtant un outil utile, parce que plaisant pour l’enfant.

Pourtant,  s’il me semble que j’aurais pu me passer de ces culottes d’apprentissage, je trouve qu’elles ont tout de même une utilité lorsqu’on rencontre des problème de continence pour la sieste ou la nuit. Car c’est un tel plaisir de se réveiller en se disant qu’il n’a pas salit « sa belle couche », que c’est plutôt efficace sur le court et le long terme 😉
En tout cas ça marche ici 😛

On me dit dans l’oreillette qu’il y a des couches d’apprentissage spéciales nuit, mais celles-ci ont déjà largement fait le job chez nous 😉

En conclusion

On m’avait vendu la méthode d’apprentissage de la marque comme moteur de propreté, mais perso je n’ai pas trouvé trace d’une « vraie » méthode en dehors du produit.
Ce qui a marché, en revanche c’est cette addiction aux couches Minnie qu’elle ne veut pas salir lorsqu’elle dort  😛

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Et blablablabla »ou l’appartition du language

Depuis le mois dernier, on sent une forte accélération dans les efforts de language de MissJ.
Au début ça n’avait l’air de rien. Juste 1 ou 2 embryons de mots en plus, par ci par là. Mais depuis, c est devenu un challenge quotidien : pas un jour sans un nouveau truc.
Et comme on a la tête farcie d’autres sujets, on découvre ses nouveautés avec de bonne têtes de parents ahuris !

Car au quotidien, il y a beaucoup d’accidents sémantiques qui donnent des dialogues complètement WTF.
 Ainsi si #MissJ vous réclame du « pâté », sachez qu’elle demande en fait sa pâte à modeler.
Et si elle vous demande son « moignon »,ne paniquez pas : elle veut juste son manteau 🤣

Ces gros LOL mis à part, quel plaisir de pouvoir converser avec elle !
Lui demander son avis et avancer petit à petit dans des échanges à plus de 2/3 informations c’est vraiment super.

Capture d’écran 2018-05-20 à 19.16.46.png

Sauf qu’on m’a un peu menti en me disant que la crise du « non » commence à 2 ans Parce que depuis on en ch*** sur ce sujet. Continue reading « « Et blablablabla »ou l’appartition du language »

Rendez-vous sur Hellocoton !