Ce que vous devez savoir sur le deuil périnatal et la fausse couche

Aujourd’hui 15 octobre c’est la journée de sensibilisation au deuil périnatal.
Je ne suis sûrement pas la mieux placée pour parler de ça mais comme ça n’arrive pas qu’aux autres je tiens à relayer le message.

Parce que ce type de deuil est rarement pris en compte et que même avec gentillesse, les proches et même les conjoints n’ont pas souvent les bons gestes ou la bonnes attitudes. Que le bébé ait eut 3 mois, 6 mois ou 9 mois un deuil périnatal c’est un deuil frustré car peu de personnes comprennent que, pour nous, ce bébé était là et qu’il existait. C’est une douleur terriblement intime qui nous renferme sur nous même faute d’avoir quelqu’un pour accepter que cet enfant était déjà quelqu’un pour nous.

Journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal - illustration par Lily

Ces bébés des étoiles, on leur a fait une place et on a l’impression d’être les seules à leur accorder une place dans notre histoire et celle de nos proches.
Au lieu de dire « tu auras d’autres bébés » sachez écouter les mamans ayant perdu leur bébé avant même la naissance. Laissez les le nommer et vous parler de lui comme d’une personne. Vous craignez qu’elle ne sur-investisse ce deuil ? Mais comment voulez vous qu’elle ne soit pas hantée par son bébé si personne ne la laisse en parler ?
Avant de lui dire que leur histoire n’avait pas encore commencé, rappelez vous que ce bébé elle l’a voulu, elle l’a porté et elle a senti quand on le lui a retiré.
Peut être que c’est ce qui peut vous faire réaliser ce qu’elle a vécu : on lui a retiré son bébé mort. Voilà.
Je crois que tout est dit?

Continue reading « Ce que vous devez savoir sur le deuil périnatal et la fausse couche »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Conseil Lecture – « Ne pleure plus bébé »

Je m’aperçois que je n’ai pas du tout publié mes critiques de livres sur le blog !
Et pourtant qu’est ce que j’en dévore des livres sur la maternité ou la parentalité !
Je dirais même que depuis mon retour au travail, c’est presque devenu une drogue.

J’avais mis en place une page de sélection de livre sur la grossesse mais il me semble plus pertinent de vous partager des chroniques dédiées à chaque livre.
Je commence donc par le livre qui a sauver mon 1er mois de maternage : Ne pleure plus bébé.

Avis sur "ne pleure plus bébé"

Ce qu’on peut lire en quatrième de couverture :

Chez nous, en Occident, le mot « bébé » est facilement associé à cris, pleurs, quand ce n’est pas braillements… On pense soit que c’est pénible pour tout le monde, mais qu’on n’y peut rien, sauf attendre que ça passe ; soit que les cris des bébés, ce n’est pas grave (voire, c’est bon pour eux).

Dans d’autres cultures, au contraire, un bébé qui pleure, c’est à prendre au sérieux. Tout est fait pour éviter ces pleurs. Et de fait, les anthropologues et les voyageurs se sont toujours étonnés de ne pratiquement jamais entendre de pleurs de bébés chez les autochtones du Grand Nord, les Amérindiens, en Inde, à Bali… Ces peuples ont-ils un secret ?

Oui, et il tient en deux mots : maternage proximal. C’est-à-dire un ensemble de pratiques (allaitement à la demande et prolongé, portage intensif, cododo…) qui, en répondant aux besoins fondamentaux du bébé, lui évitent d’avoir à manifester par des pleurs le malaise que lui causerait la non-satisfaction de ces besoins.

Le livre que vous avez dans les mains se situe clairement dans la ligne de défense de ce maternage proximal.

Non, les bébés n’ont pas « besoin » de pleurer. Oui, la plupart des pleurs sont évitables. Évitables si l’on répond aux besoins du bébé avant qu’il n’ait besoin de recourir aux pleurs pour les signaler.

Ce que j’en dit :

Avant j’avais des principes (bebe dort dans sa chambre, c’est normal qu’il pleure la nuit, le sein sert à nourrir, etc…). Mais depuis… je suis maman 😎
Bebe dort avec moi, on pratique le portage, le sein à la demande, le massage et … je lis des ouvrages des éditions Jouvence 😝
Pourtant rien ne nous prédestinait au #maternageproximal !
On a juste cherché, petit à petit, des solutions aux soucis qu’on rencontrait et adopté ce qui marche !

Aujourd’hui Juju pleure beaucoup (mais alors beaucoup) moins et on la sent plus attentive et bien dans sa peau. De la même manière la relation adulte-bebe est elle aussi plus calme et épanouie. Je suis sûre de passer pour une beatnik en avouant ça, mais la lecture de ce petit livre (surtout la dernière partie -consacrée aux solutions qu’on peut utiliser pour palier aux pleurs-) est TRES chaudement recommandée aux jeunes et futures mamans 😉

C’est bien simple, je l’offre à toutes les femmes enceinte que je connais car – en plus- il n’est vraiment pas cher !

Rendez-vous sur Hellocoton !