Photo d’enfant, parentalité et reflexes instragram

Cette semaine, le temps d’une promenade dans la vielle ville de Malaga, nous avons connu un épisode « mode » un peu cliché, et pourtant hautement instagramable.
Car MissJ étant la « fifille » ultra genrée (qui déprime un peu son père 🙈), elle a évidement craqué sur une robe sévilliane 💃. Comme nous étions d’une boutique fait-main et qu’accessoirement la robe était en solde, on a dit oui.
Mais une fois la robe sur elle (pas besoin de l’emballer: « c’est pour consommer tout de suite » 😅) j’ai un peu craqué…
J’ai enchainé avec un châle, un peigne et une fleur pour les cheveux. Le kit classique de la petite Flamenca en quelque sorte. Et voilà qu’en 15 minutes, MissJ était transformée en Sévillane et super fière de sa tenue.
Au point de se plier à une séance photo dans les jardins de la cathédrale ( 😎 alors qu’habituellement elle n’aime pas plus que ça les séances photo)

Bref, on était en plein dans le cliché des touristes en vacances, mais j’étais heureuse de lui faire ce plaisir.

On se baladait dans les jardins (et elles courraient à côté des fontaine) lorsque d’autres touristes sont venus me demander de la prendre en photo.
J’ai alors réalisé que des gens la prenait déjà en photo et ça m’a plutôt refroidie.

Et c’est évidement à ce moment que sa petite soeur à mis les pieds dans la fontaine et à définitivement cassé l’ambiance (ou le moment selon votre point de vue).

Depuis je m’interroge sur le côté un peu trop instagrammable des filles quand elles s’amusent.
Le fait qu’elles soient apprêtées et mignonnes fait souvent sourire les gens , surtout qu’elles sont à l’âge où elles aiment s’over-saper (du genre mettre une robe de demoiselle d’honneur pour aller acheter le pain ? Tout à fait normal, c’est mon quotidien).

Mais je m’aperçois que certains n’hésitent pas à les photographier.
Je ne sais pas trop quoi en penser, ça me met mal à l’aise.


J’ai posé la question sur instagram et j’avoue que les retours m’ont laissé dubitative.
Dans une grosse majorité des cas les parents m’ont répondu qu’ils allaient voir la personne et demandaient à supprimer les photos.

Personnellement désormais, je rappelle mes enfants pour les soustraire aux photo.
Mais de là à aller au devant des personnes, ça ne m’est jamais arrivé

Et vous ?

De l’utilité (et du plaisir) d’un album photo des 12 premiers mois de bébé

Comme n’importe quelle jeune maman je m’étais promis de profiter de mon congé mat’ pour faire les 1001 choses qu’on reporte toujours et qui finissent par s’entasser sur notre conscience. Paperasse, bricolage, rangement, tris et … albums photos !
Car oui, malgré mon addiction aux photos je n’ai toujours pas terminé l’album de la 1ère année de MissJ 🤫 (alors qu’elle va sur ses deux ans et demi #shame) !
Car comme toutes les jeunes mamans qui avaient hâte d’être en congé mat … je n’ai le temps de rien🙄.
La faute à Gaby qui régurgite à qui mieux mieux, et MissJ qui est en demande H24 de réassurance.

Pourtant en grappillant 10m par ci et 10m par là j’ai commencé à affronter les piles des photos et faire enfin les albums des filles🗃
Pour être honnête je triche un peu puisque je profite de terminer de l’album de MissJ pour préparer en même temps celui de Gaby🤭! Ça aide vachement à faire le tri et vérifier qu’on a les photos ou les souvenirs qu’on veut sous la main.
J’ai d’ailleurs choisi le même album pour l’une et l’autre car j’adore l’album de naissance dispo chez Cheerz .

Comme ils disent « Y a plus qu’à » !

Il est clairement pas donné (35euros) mais je l’avais trouvé parfait quand je l’avais choisi pour MissJ (il y a un an donc 😬).
Le livre en lui-même est très beau mais il est aussi livré avec des tas de stickers + un bon pour le développement des photos, tandis que les 14 premières pages sont pré-imprimées pour vous guider dans la construction de cet album. Et au final ça devient un livre-album qui raconter son histoire à l’enfant ☺️
Pas sûre que j’aurais choisi 100% des textes proposés dans ces premieres pages mais l’exercice de style permet de remplir l’album beaucoup plus efficacement.
Et en mixant photos, souvenirs, stickers et petits mots écrit à la main on obtient un album très personnel dont j’adore le rendu.

Continue reading « De l’utilité (et du plaisir) d’un album photo des 12 premiers mois de bébé »