Bonus : Mes conseils pour réussir sa sortie au Gulli Parc (et consort)

Je vous racontais dans le précédent article notre expérience des aires de jeux couvertes au Gulli Parc. Mais j’avais oublié de vous partager ces 3 conseils en or pour réussir sa sortie la bas.

C’est cadeaux, et c’est surtout 100% vécu ^^

  1. Tes gosses, en fluo, tu habilleras !

    C’est sympa cette méga structure de la mort mais quand tu entends ton gosse qui t’appelle de loin mais que tu le vois pas  à travers … ça devient vite coton !
    Alors hop : un leggins jaune + un pull bien blanc ou vert pomme et c’est réglé.
    Avec ça on le voit parfaitement du fin fond de notre table (là où on s’est planqué  avec notre café chaud et un bon vieux magazine people ^^)

  2. A un copain, service, tu rendras

    Oh oui ton gosse sera ravi de cette sortie au « parc d’attraction sans manèges ». Sauf qu’il se sentira un peu seul / timide / effrayé (rayé les mentions superflues) et voudra TOUT faire avec vous.
    Du coup : empruntez le gosse d’un copain !
    Ensemble ils seront plus forts et partirons à l’aventure en vous fichant la paix. Mais surtout : le parents du copain vous devra ensuite un service puisque vous lui aurez apporté une demi journée de calme (sans fournir trop d’effort de votre côté :P)

  3. La stratégie de l’oignon tu adopteras

    Oui on est en plein hiver et il fait froid dehors. Mais abandonnez l’idée d’un pull et de vetements chaud : ils vont courir partout !
    Du coup adoptez la stratégie de l’oignon : multipliez les petites couches minces pour que l’enfant puisse venir déposer ses fringues au fur et à mesure de sa montée en température.
    Ah, et petit détail technique : osez les chaussettes anti dérapantes –> ils courront encore plus vite et seront crevés encore plus vite ^^

img_0796

Rendez-vous sur Hellocoton !

Conseils pour le Gulli Parc, avec des enfants de 2 ou 3 ans

Pas facile de sortir les mômes lorsqu’on est en plein coeur de l’hiver. Impossible de les laisser s’ébrouer au dehors sans qu’ils ne reviennent tout crotté ou couvert d’engelures :/
Du coup depuis l’hiver dernier on a testé ponctuellement les « soft play centers« , ces aires de jeux en intérieur où les mômes peuvent se défouler au chaud et dans des structures 100% pensées pour eux. D’ailleurs on a aussi en pleine canicule, pour voir ce que valait la climatisation 😛

Je m’étais fait un avis un peu strict, lorsque MissJ avait 2 ans. Mais comme on a été invité à retenter l’experience au Gulli Parc de Bry sur Marne, à la fin des vacances de noël, je me suis dit que ça pouvait valoir le coup de retenter l’experience…  pour voir. Et ce fut une rudement bonne idée !

 

Le Gulli Parc pour enfant de 1 ou 2 ans ?
–> Mon avis : on peut mieux faire… 

J’avais tentée ce centre quand MissJ avait 2 ans. Je l’avais emmené avec son cousin de 3 ans et j’avais été assez frustrée par la taille de l’espace dédié au moins de 3 ans.
Voyez plutôt :

Ok c’est parfaitement adapté et il y a plusieurs expériences sensorielles différente, pour occuper les petits, mais avoué que c’est assez limité. Sans doute idéal pour un petit d’un an ou de 1 an et demi. Mais pour un 2 ans qui se débrouille bien, c’est très limité.

Evidement rien ne vous empêche d’emmener les moins de 3 ans dans la grande structure, mais ça reste assez impressionnant pour les petits (et au final c’est surtout vous qui aller vous trainer partout pour faire avec lui/elle).

Finalement ce jour là j’avais passé beaucoup de temps avec des enfants à moitié boudeurs car  ils ne voulaient pas être avec les bébés mais pas non plus aller chez les grands

Le Gulli Parc pour les enfants de 3 ans ?
–> Mon avis : Oui oui et re-oui !

 

Maintenant que MissJ est plus ambitieuse et débrouillarde, je me suis dit que ce serait une bonne occasion de re-tester car elle aurait accès à l’ensemble des attractions. Soit près de 5 étages de structures de jeux avec parcours d’esquive, toboggans, luges, filets, escalade et autres parcours acrobatique.
Perso, même moi ça me donnait envie 😛

Évidemment aux premiers tours j’ai été réquisitionnée pour visiter et tout essayer avec elle.
Pas folle la guêpe, elle a dû trouver ça trop génial pour être sans pièges ^^

Quand on évolue à l’intérieur il faut bien dire que c’est super immersif tout en restant très sécurisé. Et point important pour les parents : il y a assez d’espace en hauteur pour qu’on ne se traine pas partout à genoux (merci les concepteurs !!!)

Je peux vous dire que j’en aurais parcouru des mètres de filets et de structures rembourées 😛
Continue reading « Conseils pour le Gulli Parc, avec des enfants de 2 ou 3 ans »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Que c’est il passé sur mon instagram en 2019 ?

Comme chaque année j’aime bien faire le best9 de mes publications instagram. Ca me rappelle des souvenirs mais ça me permet surtout de voir ce qui a le plus plus (même si on se base pour ça sur le nombre de likes et tous les soucis d’algorithme que ça suggère).

Or si pour cette année 2019 j’avais eut l’impression de n’avoir rien fait. Le best9 est pourtant très pointu sur ce qui a fait mes grands et petits moment de l’année.

Et pour cause :

moncotemaman-full.jpg

On y retrouve (dans l’ordre) :

 

Même si les scores de likes ont été complètement boulversés à l’automne, il n’y a rien que je renierais sur cette sélection ! Et malgré l’impression de cyclone qui a atomisé mon quotidien, cette vision de l’année 2019 me rempli de fierté et de satisfaction ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quel éveil musical à la maison – avant et après 3 ans ?

La musique et l’enfant, quel sujet me direz vous 🎶!

Personnellement je suis une brèle complète sur le sujet ^^
Je n’ai pas fait de solfège et j’ai même réussi à me faire virer des séances de chorale obligatoires au collège 🤭.
L’oreille musicale ce n’était pas pour moi !

Pourtant je suis convaincue que l’éveil musical est une obligation dans l’accompagnement des 3 premières années de l’enfant.
Du coup j’ai fait des efforts et propose des activités à MissJ (et désormais à Gaby) depuis le début.

On a d’abord investit dans un xylocloche pour son premier anniversaire. Et même à 3 ans passé il est toujours aussi plébiscité à la maison (par les 2 enfants d’ailleurs).
Il nous sert aussi bien à la déco qu’à l’éveil musical (ou à les occuper pendant qu’on fait autre chose d’ailleurs :P) Pour eux c’est un jouet avant même d’être un instrument de musique !

Mais il existe de supers bouquins pour proposer des activités sympas. Je pense en particulier à « Accompagner l’éveil musical de l’enfant » des éditions Mango qui nous a pas mal aiguiller sur ce qu’on voulait faire (bien qu’on ne soit pas du tout d’accord sur les styles de musique à éviter chez les tous petits … MissJ ayant fait son premier festival metal avant ses 12 mois sans qu’elle en soit particulièrement perturbée :P) 

Grace à tout ça on a pu naviguer dans l’éveil musical à la maison. Principalement à base de séances de jeu/travail très simple : Écouter les sons, les provoquer, les reproduire. Chanter, danser… Aujourd’hui on en est même à raconter des histoires sur les musiques.

Mais passer le stade des 3 ans, je suis un peu perdue…
Que puis-je proposer à MissJ pour nourrir encore plus l’attrait d’un jeune enfant autour de la musique ?

Capture d’écran 2019-12-10 à 22.15.59.png

On l’emmène à des concerts pour enfant (et même des ciné concert) mais je m’interroge sur l’intérêt de pratiquer un instrument. Lors d’un concert de rue elle a été fascinée par le violon et je me suis aperçue qu’il existait des programmes pour apprendre le violon des 3 ans.
Mais est-ce que ce n’est pas trop ? Est ce que ce n’est pas forcer l’attention de l’enfant et aller trop loin ?!?

Quand j’imagine donner des leçons de violon à MissJ j’ai cette image affreuse des mères qui sur-investissent leur enfant pour en faire des petits génies malgré eux 🤭
Elle fait déjà 3h par semaine d’éveil à l’anglais alors passer, en plus, au piano ou au violon je trouve ça un peu violent, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il était une fois … notre 3ème Noël en famille !

Ca y est, tout le monde à digérer son orgie de papiers cadeaux et de repas familiaux 😅?

Malgré tous nos efforts de modestie ici aussi ça a été la fête aux cadeaux et aux “traditions-traditionnelles”. Mais ce fut surtout notre 1er Noël à 4, avec une enfant de 3 ans très très impliquée et une 9 mois qui se déplace et pouvait interagir à loisir 🎄

Tout le long du mois j’ai été ravie de voir que les petites traditions qu’on a mises en place à la naissance de MissJ prennent corps.

Ainsi chaque weekend de décembre a fait place à une activité dédiée, avec de grandes et petites étapes dans le mois.

L’ouverture du calendrier de l’avent, le spectacle de noël🤶🎅🏻, la constitution des bredele🥨, les premiers chants à tue-tête🎶, les bougies chaque soir 🕯 ou encore la décoration du sapin 🌲: on a pu TOUT faire sans que ça ne devienne rigoriste !

Au contraire, c’était comme un saupoudrage de magie de Noël sur notre routine quotidienne 😚.

Et même après le D-day, je n’ai pas l’impression que ca pèse sur le quotidien post-Noel.

Sans doute parce que ça a été un très joli noël où les enfants étaient placés au centre ?

Une grande sœur qui a pris soin d’inclure sa petite sœur dans la distribution et le déballage de cadeaux. Une petite sœur ravie du sapin de noël et des nombreuses mains à proximité pour jouer avec elle. Un repas qui a été particulièrement délaissé au profit des crackers de début de repas puis des jeux et des chants de noël ?

En tout cas la présence de la famille et l’absence d’enjeux à la Bree Van De Kamp a beaucoup fait pour que je vive bcq mieux ces quelques jours de fête!

On a été très Carpe Diem sur cette célébration 2019 (même si le menu a été réfléchi en amont avec un minimum d’ambitions🙊) et ça, ça a fait bcq de bien.

Avec le recul c’est à se demander si c’est la depression qui gâchaient mes fêtes ou si ce sont les fêtes qui amplifiaient ma dépression jusqu’alors?

Me dire “c’est pas grave on verra” m’a clairement permis de passer un moment sobre et pourtant très clairement festif. Les enfants ont encore eut beaucoup trop de cadeaux, mais avec 3 repas/fêtes de noël on ne peux pas pas “encadrer” cette distribution sans se mettre la rate au court bouillon 🤷‍♀️…

Du coup j’ai lâché du leste sur les enjeux écologiques et éducatifs pour me concentrer vraiment sur la qualité du moment présent, et tant pis pour le reste.

Continue reading « Il était une fois … notre 3ème Noël en famille ! »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Anniversaire des 3 ans

🎂Et voilà, on vient de passer le cap des 3 ans, celui qui ferme la porte de la « petite enfance » pour basculer dans « l’enfance ».
Car oui, depuis le début de l’école maternelle on a clairement échangé notre bambine contre une jeune enfant prolixe et très autonome. 🤗

Gateau anniversaire pour 3 ans.png

Évidemment elle a toujours besoin de se frotter à nous, de demander de l’attention et de grincer des dents quand on n’est pas disponible.
Mais à table, le soir, c’est n’est plus un bébé qui se tient avec nous 🙄C’est une petite môme qui nous raconte sa journée, ses occupations ainsi que toutes les petites histoires de l’école et les « drames » de la cour de récré (et croyez moi, « dallas » version moins de 3 ans c’est particulièrement trépidant 😬)

Je m’étais déjà fait la remarque que la silhouette de MissJ ne pouvait plus se confondre avec celle d’un grand bébé, mais désormais c’est ce qu’il y a dans sa tête qui ne permet plus la méprise. 🥳

Alors joyeux 3 ans ma MissJ, sois heureuse et toujours aussi volubile et curieuse 🙏🏻💋

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand ta gosse de 2 ans te dit qu’elle a fait mieux que toi en terme d’éducation…

« Maman ? J’ai mis mes enfants au lit avec moi pour le temps calme ».
… 😶…
Ma fille n’a même pas 3 ans qu’elle est déjà mère de plusieurs bébés…
Voilà voilà pour commencer 😬

Capture d’écran 2019-08-28 à 23.58.11.png

Depuis ce printemps MissJ est ainsi à fond dans les jeux d’imitation : dînette, docteur, établi, et j’en passe et des meilleurs.
Mais depuis la naissance de sa petite sœur elle excelle dans les jeux de poupon, en prenant soin de leur donner une éducation et des repères quotidiens proches à 80% de ceux que nous lui donnons.
Et pour les 20% restant, c’est un peu comme si elle prenait tous les reproches qu’on peut lui faire et appliquait systématiquement l’attitude inverse 🙄.

Ainsi ses bébés -à elle- : font la sieste, mangent tout ce qu’on lui donne, finissent leur repas , vont sur le pot et sont toujours très très sage.
Tant pis si elle même refuse d’abandonner la couche ou de faire la sieste : ses bébés -à elle- font tout par-fai-te-ment !

C’est un peu comme si elle nous annonçait (avec plus de 20 ans d’avance) que ELLE, elle n’a pas foiré l’éducation de ses gosses 🤗 #jdcjdr.

Ainsi quand elle me parle de ces enfants je me marre toujours bien que des fois je ris jaune (un peu quoi) 🤔
Parce que même si je ne la forcerais jamais à finir une assiette ou à dormir quand elle peut faire un temps calme … ça m’arrangerais parfois d’appliquer une éducation moins ouverte à l’enfant 😈

Surtout quand celui ci t’annonce que SES gosses à lui sont mieux élevés que ce que tu fais pour lui 🤪

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’apprentissage de la propreté avec les culottes d’apprentissage ?

Comme tout parents d’un enfant de bientôt 3 ans, l’été a été pensé sous le signe de la la premiere rentrée scolaire et donc … de l’apprentissage de la propreté.
Sauf que notre chère et tendre enfant est une vraie tête de mule qui a énergiquement refusé de passer à la propreté -_-
Pourquoi s’em**der à aller aux toilettes quand on peut faire ses besoins dans une couche si facile et confortable, hein ?

Après un épisode de maitrise du pot et une très mauvaise expérience de « grosse commission », MissJ avait décidé de rester aux couches avant même ses 2 ans.
Il faut dire qu’on est passé très vite aux couches qui s’enfilent (dès qu’elle a su marché ) et que ça lui convenait très bien. Même si, depuis ce printemps, on lui proposait des culottes d’apprentissage. 

Pourquoi des culottes d’apprentissage ?

L’idée, derrière ce changement de couches, était de lui proposer un intermédiaire entre la couche et la culotte. Une « couche » d’entraînement en quelques sorte, avec des fonctionnalités qui lui permettait de se rendre plus autonome.

i1hZBnRkQkmSFRyPHhLoOQLes culottes Pull ups de Huggies – version fifille …

Elle pouvait ainsi baisser et remonter sa couche tout seule, et porter quelque chose de plus fin et léger que des vraies couches.

Ce qu’en dit la marque :

L’apprentissage de la propreté est une étape incontournable dans la vie des parents et de l’enfant. Pour vous aider à mieux préparer ce moment, Huggies® a créé Pull-Ups®

Développées pour encourager l’indépendance de votre tout-petit, les culottes d’apprentissage Huggies® Pull-Ups® lui permettent d’apprendre à devenir propre tout en douceur et de manière ludique!

Accompagnez-le dans cette étape importante de son développement et passez avec succès aux sous-vêtements avec leur indicateurs d’humidité et la méthode d’apprentissage Pull Ups

Une fausse bonne idée ?

Malgré tous les bons sentiments qu’il y a derrière ces culottes d’apprentissage, chez nous elles ont été plutôt contreproductives…

D’abord parce que MissJ a tellement a-do-ré ces culottes d’apprentissage qu’elle ne voulait plus s’en passer.
La marque m’en a offert un paquet ce printemps et j’ai dû en racheté tout l’été sous peine de haut cris et de plaintes larmoyantes (si si, vous n’imaginez pas le pouvoir des couches Minnie ^^)

La faute aux motifs Disney  et le fait qu’elle peut les dé-scratcher sur les côtés en plus de les prendre et les enfiler seule.
En somme : cet été mademoiselle pouvait passer sa journée en autonomie complète, en changeant elle même sa couche dès qu’elle était sale
-_- J’avoue, c’était plutôt confortable pour moi lors des temps calme mais très gourmand en consommation de couches !

img_9075img_9079

 

Et en dehors de cet effet addictif (auprès des petites filles trop malines pour leur âge), j’ai trouvé l’idée un peu contre productive. Car, alors qu’on encourage l’enfant à ressentir ses sensations (l’envie de faire pipi, la gêne en cas d’humidité, etc), ces culottes offre une absorption beaucoup trop efficace en plus de leur indicateur d’humidité.
A cause d’eux l’enfant n’est pas à l’écoute des signaux et on loupe le coche, non ?

Pourtant un outil utile, parce que plaisant pour l’enfant.

Pourtant,  s’il me semble que j’aurais pu me passer de ces culottes d’apprentissage, je trouve qu’elles ont tout de même une utilité lorsqu’on rencontre des problème de continence pour la sieste ou la nuit. Car c’est un tel plaisir de se réveiller en se disant qu’il n’a pas salit « sa belle couche », que c’est plutôt efficace sur le court et le long terme 😉
En tout cas ça marche ici 😛

On me dit dans l’oreillette qu’il y a des couches d’apprentissage spéciales nuit, mais celles-ci ont déjà largement fait le job chez nous 😉

En conclusion

On m’avait vendu la méthode d’apprentissage de la marque comme moteur de propreté, mais perso je n’ai pas trouvé trace d’une « vraie » méthode en dehors du produit.
Ce qui a marché, en revanche c’est cette addiction aux couches Minnie qu’elle ne veut pas salir lorsqu’elle dort  😛

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand la fin du congé maternité se profile

5 mois que ma Gaby est née.
5 mois que je suis « coincée » dans mon congé maternité. Je n’utilise pas ce mot au hasard car il résume très fort toute l’ambivalence qui est la mienne, à 15 jours de ma reprise du travail 🙄

J’ai quitté mon poste à la mi-janvier et le reprendrais avec tellement de plaisir dans 15 jours.
Parce que malgré tout l’amour que j’ai pour mes filles et le plaisir que j’ai eut a consacrer ce temps à mon nouveau né, cette grossesse et ces premiers mois auront été noircis par des contraintes qui m’ont tant pesé que je me suis naturellement coupée du reste et me suis tenue en retrait.

D’abord il y a eut les épisodes dépressifs durant la grossesse et après l’accouchement. C’est un sujet sur lequel j’ai pas mal écrit de mon côté mais dont je n’ai pas encore le courage de publier.
Puis il y a eut les hauts et les bas de santé, et enfin l’arrêt maladie de ma nounou qui m’a plongé malgré moi en H24 avec les filles 😨

Avec le recul je sais que j’ai apprécié ces mois au contact constant de mes filles, mais l’épuisement psychologique pèse tellement que j’ai hâte de retrouver un semblant d’équilibre psychologique à la rentrée.
C’est tellement présent que j’arrêterais l’allaitement exclusif aux 6 mois de Gaby (alors que MissJ y a eut le droit jusqu’à 22mois) car je sais ne pas pouvoir assumer les contraintes du tire lait au travail. J’ai besoin de reprendre du temps pour moi, et cela va passer par des vraies pauses déjeuner sans tire-lait. J espère ne pas le regretter plus tard mais comme je souhaite maintenir l allaitement le reste du temps, je ne suis pas trop inquiète.
J’essaye de faire mes choix en les assumant, mais je n’ai aucunement la prétention de dire qu’ils sont meilleurs que ceux des autres 😉

Capture d’écran 2019-08-28 à 23.55.33.png

Et tandis que j essaye de profiter de ces 15 derniers jours de « mère au foyer » j’ai hâte d’être à la rentrée ! Vivement le travail 🤪

Rendez-vous sur Hellocoton !

Arrêt maladie, maternage et isolement

J’ai cherché quel texte mettre sur cette photo mais je n’en ai pas trouvé. Pour moi elle résume assez bien ce qui fait mes jours ces temps ci…

Capture d’écran 2019-08-28 à 23.10.25.png

Cela fait un mois que je n’ai rien publié, parce que ça fait un mois que je n’ai rien su dire. En décembre dernier j’ai eut un épisode dépressif que j’ai su identifier très clairement et rapidement. Mais depuis un mois, qqch n’allait plus. Ça commence à changer, doucement, simplement.
À changer assez bien pour que je veuille sortir un peu de mon isolement et reprendre la parole ici.

Gaby va superbement bien et MissJ est une vraie tornade d’énergie.
Ça fait 2 mois et demi que notre petite famille tourne désormais à 4, et je suis ravie de l’équilibre qu’on s’est construit. Malgré les aléas de santé et les les aléas de la vie on est vraiment heureux.

Mais parfois, il faut savoir s’isoler et se concentrer sur ça ; pour se stabiliser et repartir du bon pied. Merci pour vos petits messages inquiet mais : « ça va ».
J’ai juste besoin d’un peu de temps pour digérer et pour profiter de ma gaby.

Je ne vais pas reprendre le boulot avant la fin de l’été et savoir qu’on est ensemble jusqu’à ces 6 mois me permets de me projeter de façon bien plus évidente et satisfaisante. Pour moi, maniaque de l’organisation et des agendas, c’est un sacré bon point d’ancrage 😋
Ça permet aussi de s’accorder le temps de se reposer et de digérer le post partum, le décès de mon grand père, l’anémie et les différentes choses qui marquent le climat assez bizarre de ce printemps.
Il m’arrive de pas quitter ma chambre de la journée ces jours ci, mais c’est cathartique, comme une petite immersion cocoon avant d’émerger.
Et d’ici juin j’aurais bien repris pied. Pied à pied justement 😏 Vous vous débarrasser pas de moi comme ça 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !