« Une année en poésie »,  le livre qui vous offre un poème à partager chaque jour pour les 4 à 7 ans

Même si le printemps de la poésie est terminé, j’ai envie de vous parler de ce joli coup de coeur, découvert chez mon libraire à l’occasion de cette fête annuelle de la poésie.

J’ai toujours beaucoup aimé la poésie mais je la consomme par phases.
C’est à dire que je n’en ai rien à lire pendant plusieurs mois et puis d’un coup, je ne lis plus que ça pendant plusieurs semaines 🙄
De la même manière j’en ai beaucoup écrit, mais par phase là encore : c’est à dire rien pendant 3 ans et une vingtaine de projet en 1 mois. Mais bon, ça fait longtemps que je ne cherche plus à comprendre comment fonctionne mon cerveau 🫣

Tout ça pour vous dire que la poésie compte beaucoup pour moi, et que c’est un peu un challenge de transmettre cet amour aux enfants

Si ce n’est pas simple d’initier les plus jeunes à cet art littéraire, c’est avant tout car ils n’arrivent pas tout de suite à « goûter » le plaisir de la rime ou l’équilibre des syllabes.
L’école maternelle fait une super initiation, notamment autour des chansons rimées, mais j’avais envie d’aller plus loin avec MissJ.
Et c’est là que trouver « le bon » livre de poésie (pour enfant) devient un enjeu 😬

Avec « une année en poésie » j’ai trouvé un super support pour ça !
A la façon d’un almanach, le livre propose de découvrir un poème chaque jour, sur un sujet et une forme différents.
On suit majoritairement les saisons mais on découvrir surtout des poèmes de type, d’origine ou de culture différents. Parfois long, parfois court, parfois classique, parfois moderne.
C’est très agréable de se laisser ainsi porter !

Une année de poésie, un poème à partager chaque jour
29euros aux editions Gallimard jeunesse

Au début j’ai essayé de l’utiliser sous le format 1 jour = 1 poème. Mais finalement il est plus efficace/agréable lorsqu’on l’utilise de temps en temps. On l’ouvre à la date du jour et on se laisse ensuite porter en lisant plusieurs poèmes qui se suivent (ou au gré des pages qu’on ouvre au hasard).

Petites astuces pour lire de la poèsie avec les petits

Dans tous les cas il faut toujours commencer par le lire le poème dans sa tête puis le déclamer à haute voix, histoire de trouver son rythme.
Ensuite ça dépend de l’enfant.
Perso je m’oriente
– sur le thème du poème (« qu’en a tu pensé » « qu’est ce que ça raconte » « qu’as tu aimé »)
ou
– sur la structure du poème en lui même (« est-ce que tu as entendu des rimes? » « est ce qu’il y a un passage qui t’a plu »)

Mais le plus chouette, c’est de taper dans les mains à chaque syllabe, pour décomposer avec eux le rythme du poème.
C’est avec ce jeu là que MissJ s’est vraiment mise à adorer la lecture de la poésie.

C’est à la fois un jeu et à la fois une initiation littéraire 😉

Continue reading « « Une année en poésie »,  le livre qui vous offre un poème à partager chaque jour pour les 4 à 7 ans »

#Mercimaîtresse : ses idées cadeaux pour la maîtresse de maternelle

Qui dit fin de l’année dit « cadeaux à la maîtresse ».
Et cette année (la dernière en maternelle 🫣) MissJ s’est sur-investie dans les cadeaux fait-maison.

On s’est déchirées dans les savoir-faire mise en pratique pour réaliser tout ça : peinture, écriture, mosaïque, gommette, pesage, assemblage, écriture, dessin… pfiiiiiou ! 
Et je ne vous ai pas montrée sa carte « merci maîtresse » faite elle aussi avec amour et créativité 🤩

Sa maîtresse aura donc :
1️⃣ une superbe décoration de classe (pas du tout modeste)

2️⃣un kit de pâtisserie de secours, lui permettant de faire un banana bred (et donc d’écouler les bananes 🍌 trop mûres qui traînent dans la cuisine). Tout ça est assez simple à faire mais ça fait 3 week-end qu’on y travail, pour que ce soit MissJ qui fasse le plus de choses.

Autant vous dire qu’elle trépigne d’impatience à l’idée de remettre ses cadeaux à la maîtresse 👩‍🏫

Ça ne m’empêchera pas d’ajouter une boîte de chocolats pour les animateurs (car on a tendance à les oublier)

Le château de l’Islette, le château qui propose aux enfants une visite déguisée

Cela fait 2 fois que nous partons en Touraine (à la frontière avec le Pays de la Loire) , le temps d’une semaine ou d’un gros weekend prolongé.
Il faut dire que c’est près de Paris et que cela offre des tas d’opportunités en terme de grand gîte bucolique et d’activités à faire en famille.

En l’occurence, à partir de 3 ou 4 ans, on peut facilement faire quelques visites de châteaux (entre deux caves à vin pour les parents :P).
Et parmi tous les châteaux que nous avons fait, il y en a un qui se distingue largement des autre par une approche ultra ludique à destination des enfants !
Car au château de l’Islette les enfants sont invités à choisir un déguisement avant de déambuler dans le château et son parc ! Et ça, ça fait toute la différence pour capter leur attention.

Quelle idée absolument géniale ! Les mômes sont ultra excités à l’idée d’aller se déguiser, puis ils arpentent ensuite le château comme si on les avait intronisé 😀

Et cette histoire de déguisements disponibles pour tous, ce n’est pas une promesse en l’air.
Nous y sommes allé la première fois avec 6 gosse de 3 à 12 ans et il y avait du choix et des tailles pour tout le monde. Les filles se sont d’ailleurs réparties entre les robes de princesse et des tenues de chevalier, au gré des envies de chacune.

Quant au château, même s’il est relativement restreint en nombre de salles (bah oui, ça reste de l’architecture médiévale) il reste très riche en ameublement.
On peut d’ailleurs voir comment la famille qui l’occupe actuellement l’a modernisé au gré des années.

Mais ce que j’ai le plus aimé, c’est son grand parc arboré et bien entretenu, ses douves et sa rivière, ainsi que l’air de jeux qui permet même de « fatiguer les gosses » en prenant du repos au frais, sous les arbres 😉

Si vous ne deviez faire qu’un château dans le coin, je vous recommande grandement celui-ci

Plus d’informations :

Sororité ou l’art d’être soeur

Quelles sont chouettes ces deux petites filles qui se suivent, interagissent et s’aiment aussi fort qu’elles peuvent se chamailler dans la minutes qui suit 🥰

Je ne suis pas enfant unique et pourtant je ne me rappelle pas d’avoir eut autant de complicité avec mon frère. Mes filles s’adorent et s’occupent mutuellement. C’est un vrai plaisir à observer depuis ce début d’année

Et au delà de leur relation de soeurs, on perçoit souvent une forme de sororité entre elle 👩‍❤️‍💋‍👩. La plus grande apprenant des choses à la plus petite, et la petite répétant avec soin tout ce qu’elle a appris de la grande. Et ça, c’est sans compter le soutien qu’elles s’apportent lorsque l’une d’elle se gronder par les parents… Car Gaby – du haut de ces 3 ans- vient systématiquement nous gronder lorsqu’on rouspète sa soeur 😏

Alors elles sont chouette mes choupettes à vivre leurs aventures de soeurs. Et encore plus chouettes lorsqu’elles me disent qu’elles sont comme les soeurs de la famille Madrigal ou Elsa & Anne dans la reine des neiges. Ca montre à quel point ce concept de relation entre soeur leur parle, malgré leur différence d’âge et leurs fichus caractères 😬

Il n’y a pas d’âges pour être jeune

MissJ : « – t’as quel âge maman ?
Maman : – 40 ans
MissJ : – ah bah je le savais !
Maman : – tu savais quoi ?
MissJ : -Maé m’a dit qu’on est vieux à partir de 22ans. Mais c’est pas vrai, toi t’as plus et t’es pas vielle !

MissJ – 5 ans
(Semble décidée de flatter sa mère par accident)

La relation père-filles

On ne parle pas souvent de Lui sur ce blog, non ?
Mon psy aurait beaucoup de chose à dire là dessus, en commençant par signaler que les femmes trouvent souvent la relation maternelle suffisante, au risque d’oublier la tierce partie qu’est le père 😝.
Et il aurait peut-être raison, ou peut-être pas 🤷‍♀️.

Si je n’en parle pas, c’est qu’à mes yeux, il est toujours là. Et à default de faire « partie du décor » il est tellement dans le quotidien que j’oublie aussi de le mettre en lumière ?

Pourtant mes filles ont un père présent et super participant dans leur quotidien. Il a d’abord poussé au maternage et à l’éducation bienveillante. Puis il est passé à la lutte quotidienne contre les stéréotypes de genre et de classe, que MissJ s’est mise à construire depuis l’école maternelle 🙃.

Alors oui… il y a des moments où il perd patience (comme moi), et il y a des moments où on se dispute devant les filles, même si on limite autant que possible de se contredire l’un l’autre 🤯.
Chaque crise est reprise plus tard avec les filles, pour mettre des mots sur ce qu’elles ont pu voir ou entendre.
Car quitte à dépasser les bornes, on s’en sert comme support de discussion 🤷‍♀️ On parle ainsi de gestion des émotions, du rapport à soit, aux autres.

J’espère qu’avec tout ça, mes filles grandiront en ayant compris que les adultes, aussi, ne savent et ne réussissent pas tout. Que l’échec fait partie du quotidien, et que le principal est de faire les efforts pour que tout le monde se sente bien 🤔.

En attendant j’ai des filles qui appellent aussi bien « papa » que « maman », et je ne comprend toujours pas comment les familles mono-parentales arrivent à sortir la tête de l’eau 😱
Vous avez vraiement mon to-tal respect pour tout ça !

Un bracelet pour ne plus avoir peur de perdre les enfants (+concours)

On parlait l’autre jour des sorties en famille, dans des lieux où les enfants pourrait se perdre facilement : les parcs d’attraction, les correspondances en voyage, les fêtes foraines, etc .
Statistiquement il y a peu de chance que ça arrive, surtout si on est attentif, mais ça m’a toujours un angoissé.

Du coup j’ai essayé pas mal de trucs, pour être moins angoissée quand on sort : ma carte de visite dans leur poche, un bracelet tissé avec mes coordonnés au poignet, voir … mon numéro de téléphone écrit au stylo sur leur bras (🙄si si , j’ai déjà osé, ne me jugez pas).

MissJ a su très tôt annoncer son nom, prénom, son adresse et le nom de ses parents. Mais elle n’arrive pas à retenir mon numéro de téléphone. 
A l’inverse Gaby n’arrive pas à se rappeler les moitié des réponses à ces questions. D’ailleurs elle est persuadée de s’appeler Gaby et non pas Gabrielle 😅 Plus têtue qu’elle, je ne connais pas !

Du coup je suis toujours à la recherche d une solution pour me rassurer, au cas où les enfants venaient à être séparé de nous. Même si ça ne devrait pas arriver, je ne peux pas m’empêcher de chercher une solution.
Je voulais un truc pratique,  avec lequel les enfants soit aussi partie prenante. Car ça ne doit pas être une contrainte, ni pour les parents, ni pour les enfants.

Et c’est cherchant des solutions pour marquer leur vêtement avant le départ en colonies de vacances, que je suis tombée sur les bracelets silicone de la marque Bien Marquer !

Des bracelets d’identification en silicone

Quelle surprise quand j’ai découvert ces bracelets qui ne sont rien moins qu’un truc absolument logique. 
Ça fait des années qu’on en fait porter aux personnes malades, Gaby elle-même en avait un pour ses allergies alimentaires.
Mais je n’avais jamais pensé à utiliser ce format pour mettre mes coordonnées 🤦‍♀️

Du coup j’étais super emballée et j’ai dit oui tout de suite !

J’ai choisi un bracelet pour chaque fille, avec une couleur à leur goût et la taille de leur poignet. ça tombe bien car ils font justement un pack duo.
Ensuite j’ai fais inscrire leur nom et prénom d’un côté, et mon numéro de téléphone de l’autre.

Quand je les ai reçu, je les ai présenté aux filles et elles ont tout autant adoré !
A tel point que MissJ les a emmener à l’école (en douce) pour les montrer aux copines, avant de les y oublier 😤 Merci la maîtresse d’avoir l’oeil et de m’avoir prévenu

Bracelet SOS bien marquer

En tout cas elles sont très très fières de mettre les bracelet et font semblant de les lire pour montrer à tout le monde à quoi ils servent.

Mon avis sur les bracelets SOS personnalisés de BienMarquer

Contrairement à mes craintes initiales, les bracelets sont super doux et ne gênent pas les enfants.
Gaby essaye régulièrement de le grignoter, sans réussir à lui faire de dommages (c’est vous dire la résistance du truc)

Continue reading « Un bracelet pour ne plus avoir peur de perdre les enfants (+concours) »

Le « tour du monde des enfants heureux »

🤭 ça fait un petit bout de temps qu’on a pas parlé livre sur ce compte.
Et pourtant je continu à dévorer les livres sur le thème de l’enfance. Parfois à destination des enfants, parfois à destination des parents.

Ce livre-ci, est une ENORME coup de coeur parmi tous les livres de parentalité que j’ai pu lire depuis l’année passée 🥰📚
Pour moi c’est même un cadeau idéal pour les futurs parents, car il vous sort complètement des modèles habituels : manuel d’éducation ou guide des parents

Dans le « tour du monde des enfants heureux » on se ballade au gré des envies ou des continents. On découvre ainsi d’autres traditions éducatives, parfois centenaire, qui respecte les enfants et vise à leur bienêtre.
Il y a de tout, de nos voisin anglais, aux peuplade sud américaine, asiatique, etc…

Et j’insiste : ce n’est pas un manuel d’éducation positive, ni même un catalogue de bonne pratique !  C’est (juste) un bouquin plaisir qu’on feuillette en profitant des sujets divers et de belles illustrations.
Il peut se lire d’une traite ou par à coup,  chapitres après chapitre ou encore au hasard des pages que l’on ouvre.

Si vous êtes curieux n’hésitez pas à aller le feuilleter en librairie, c’est vraiment un feelgood bouquin, qui ne met pas la pression et vous donne envie de s’exclamer avec des « Ah ouai, vraiment? » ou « Han mais c’est trop cool ça, je veux faire pareil  » 😚

Le tour du monde des enfants heureux, de Marion McGuiness – 24,95€

Je l’ai découvert cet automne et depuis je l’ai déjà offert 3 fois, c’est vous dire ^^. 

Coup de coeur pour le kit de tir à l’arc Decathlon

Puisqu’on parlait des activités extérieures, c’est le bon moment pour vous parler de notre coup de coeur pour le kit de Tir à l’arc débutant de  Decathlon ?  🎯🏹
On a eut un vrai coup de coeur pour ce kit d’archeterie qui comprend 1 arc, 2 flèches ventouse et 1 cible. La cible est d’ailleurs une boite de rangement 😉

Le génie de ce kit c’est qu’il permet à « n’importe qui » de découvrir le tir à l’arc en passant la flèche dans l’anneau puis en clipsant l’empennage à la corde.
Et quand je dis n’importe qui, je ne fabule pas : MissJ s’en sert depuis l’année dernière et qu’elle est largement en dessous de l’âge prévu pour cela (8 ans) 🤫.

On l’a acheté alors que MissJ avait 4 ans. Et dès cet âge, elle a réussi à s’en servir en autonomie. Vous pouvez voir qu’elle plantait le bout de l’arc dans le sol, puis tirait 😁.
On y a beaucoup joué  tout l’été, et elle faisait participer sa soeur en lui demandant de retirer les flèches lorsqu’elle les avait toutes tirer  (Quand on peut exploiter sa soeur, faut pas se gêner 🤭)

Mais depuis cette année, MissJ s’en sert parfaitement toute seule ! Alors certes, elle vise à 2 mètres (faudrait pas faire râter la cible quand même ).
Qu’est ce qu’elle s’éclate avec ça !
On y passe chaque jour au moins un 1/4 d’heure et elle progresse.

J’ai beau savoir que ce kit n’est pas prévu pour les enfants de cet âge, je trouve qu’il est super adapté. C’est un plaisir d’initier les enfants à ce sport avec un matériel de cette qualité.
Reste à leur apprendre les consignes de sécurité avant de commencer, mais en prenant les devant, ça se passe très bien 🏹


💡A noter :
– le kit  #SOFTARCHERY 100 est un starter pack à 45€. Je vous recommande grandement de prendre tout de suite 2 ou 4 flèches de plus (elles coutent 7€ les 2) pour éviter les aller-retours incessant.
– il existe des arcs pour adultes mais celui ci est largement utilisable par toute la famille

Passion Fête foraine !

Je crois que j’ai toujours aimé les fêtes foraines 🎈🎡🎠 !J’ai des souvenir de manèges et des barbes à papa qui remontent (au moins) à mes 6ans 😽.
Et cette passion n’a pas disparu à l’âge adulte, bien au contraire!  J’ai fais partis de ces adultes qui empruntaient les enfants des copains pour justifier une visite dans les parcs d’attractions et les fêtes foraines 😅.

Mais maintenant que mes enfants sont assez grands à la fête foraine se transforme en une passion de famille. ✊ Pas moyen qu’on loupe les pêches aux canards, les manèges ou les churros !

Alors oui, ça revient cher et les cadeaux gagnés ne sont pas franchement écologiques ou durables. Mais comment résister à cette ambiance et la fièvre du moment ?

Cette année ce fut  leur première visite à la Foire du Trône. J’avais bien préparé la visite et donné quelques consignes à suivre.

  • 👉 1 – Elles avaient le droit à 3 attractions et 2 jeux (où l’on peut gagner qqch). En gros cela revenait à 25euros par enfant pour une grosse après midi d’activités)  Ca ne m’a pas empêcher de leur offrir, en plus, un tour de grande roue, mais on va dire que c’était une initiation culturelle 😅
  • 👉2 – J’ai bien essayé de mettre en place des règles pour le choix des cadeaux : pas de jouets qu’elles ont déjà, qui se cassent ou s’usent très vie ; et on essaye de limiter le plastique. Mais du coup elles sont reparties avec des peluches au choix plus que douteux… 🤨
    Pas sûre que ce soit le meilleur mode de contrôle. Je pense que la prochaine fois je présélectionnerais 3-4 jouets dans les cadeaux qui sont proposés et on les annoncera avant d’accepter le jeux

Mais sinon, l’après midi fut exceptionnelle 🥰🎢🎈.

En arrivant dès l’ouverture on a évité la foule et on y est restés près de 4h30. Elles ont même accepté que je joue moi-même aux machines à sous en devenant mes « assistantes de ramassage » (et bim : Maman qui s’éclate pendant 40 minutes 🥳)

La Foire du Trône continue jusqu’au 6 juin.
Il n’est pas impossible que j’y re-emmène les filles, mais je ne saurais que vous inviter à tenter l’aventure vous aussi.