Bébé refuse le biberon, que faire ? Partie 1 : la course aux astuces !

Dans le dernier article j’expliquais mon désarroi quant au refus du biberon
Avoir un bébé qui refuse de manger, ça vous prend aux tripes et n’importe quelle maman angoisse à mort lorsqu’elle y est confrontée. Et tout particulièrement lorsqu’il se fait temps de reprendre le boulot.

Et comme j’avais décidé de préparer l’arrivée du biberon bien avant la reprise du boulot, non seulement je n’ai pas échappé à la règle, mais pire que ça : j’ai traîné ma misère pendant plus de deux mois !

Deux mois d’inquiétude et de sueurs froides.
Deux mois à m’en vouloir et à chercher mille et une solutions.
Deux mois à retourner internet et les livres de pédiatrie.
Deux mois à voir la fin du monde à ma porte  !

Finalement ma fille a fini par accepter le biberon au bout de 15 jours de garde, dans des conditions un peu spéciales. Autant vous dire qu’on s’est senti bien seuls pendant ces deux mois et demi !
Et cette histoire un peu folle, je me propose de vous la raconter ici.
Ou plutôt de vous raconter mes galères dans ce billet avant vous raconter le dénouement dans un autre article.

Parce que j’aurais aimé (à l’époque) qu’on me liste toutes les astuces que j’aurais pu utiliser, mais surtout qu’on me raconte comment une autre maman a trouvé une solution. Car s’il y a bien un article qui manque sur internet c’est « comment faire accepter un biberon à un bébé allaité »

Voici donc le début de mes aventures biberonesques ! 😉

Comment faire prendre le biberon à un bébé

Etape 1 : Le refus du petit nourrisson

Il était une fois une maman un peu naïve qui se disait qu’elle pourrait essayer de faire une nuit complète en laissant papa donner un ou deux biberons de lait maternel. Elle partie se coucher confiante… avant de se réveiller au bruit des cris et des pleurs de bébé. Après avoir essayé à son tour de donner le bib, elle décida de rester debout et de donner le sein à son bébé. On aurait bien le temps d’essayer le biberon une autre fois.
Mais ça, ce n’était que le début de l’histoire…
Continue reading « Bébé refuse le biberon, que faire ? Partie 1 : la course aux astuces ! »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le drame du biberon – Quand bébé refuse le biberon !

Il est grand temps que je reprenne le chemin du blog pour vous parler d’allaitement et de biberon.
Parce que si le biberon semble être un truc naturel pour tout le monde, et que l’allaitement est aujourd’hui grandement encourager, on semble ignorer que le passage de l’un à l’autre peut être un vrai calvaire !

Car du haut de ses 4 mois, ma fille a toujours énergiquement refusé le biberon !
Et ce qui était une petite frustration, au début, est rapidement devenu un motif d’angoisse. Une angoisse de plus en plus oppressante au fur et à mesure d’approchait la reprise du boulot (et l’adaptation chez la nounou).

J’ai ainsi passé des heures à arpenter les sites web pour tenter de répondre à la question « comment faire accepter le biberon » ou même  « comment faire accepter le biberon à un bébé allaité? ».
Car s’il existe des nouveaux-nés qui refusent le biberon, ce sont souvent les mamans qui allaitantes qui se retrouvent dans cette situation épineuses (j’ai même eut le droit à quelques remarques sarcastiques sur ce point -_- )

Bébé ne veut pas prendre le biberon : au secour

Mais voilà, à l’heure ou j’écris ses lignes : MA FILLE PREND LE BIBERON !!!!

ça n’a pas été facile et j’ai passé 15 jours horrible où la petite passait près de 9h chez la nounou … sans accepter de boire au biberon. J’étais dans un tel etat…
J’ai appelé plusieurs fois à l’aide sur des forums, sur instagram ; et j’ai reçu beaucoup de témoignages.
Pour mon malheur, certaines  mamans m’ont dit avoir arrêté de travailler pour solutionner le problème ! Or, si j’ai eut l’impression que ce serait la meilleure solution … c’était financièrement  in-envisageable  !

Je suis donc passée par des hauts et des bas. Et je dirais même des très très bas !
Mais à l’heure où nous avons triompher de ce problème je me dit qu’il est grand temps que je vous raconte tout ça car on trouve rarement de témoignages sur le « comment j’ai réussi »

Continue reading « Le drame du biberon – Quand bébé refuse le biberon ! »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Conseil Lecture – « Ne pleure plus bébé »

Je m’aperçois que je n’ai pas du tout publié mes critiques de livres sur le blog !
Et pourtant qu’est ce que j’en dévore des livres sur la maternité ou la parentalité !
Je dirais même que depuis mon retour au travail, c’est presque devenu une drogue.

J’avais mis en place une page de sélection de livre sur la grossesse mais il me semble plus pertinent de vous partager des chroniques dédiées à chaque livre.
Je commence donc par le livre qui a sauver mon 1er mois de maternage : Ne pleure plus bébé.

Avis sur "ne pleure plus bébé"

Ce qu’on peut lire en quatrième de couverture :

Chez nous, en Occident, le mot « bébé » est facilement associé à cris, pleurs, quand ce n’est pas braillements… On pense soit que c’est pénible pour tout le monde, mais qu’on n’y peut rien, sauf attendre que ça passe ; soit que les cris des bébés, ce n’est pas grave (voire, c’est bon pour eux).

Dans d’autres cultures, au contraire, un bébé qui pleure, c’est à prendre au sérieux. Tout est fait pour éviter ces pleurs. Et de fait, les anthropologues et les voyageurs se sont toujours étonnés de ne pratiquement jamais entendre de pleurs de bébés chez les autochtones du Grand Nord, les Amérindiens, en Inde, à Bali… Ces peuples ont-ils un secret ?

Oui, et il tient en deux mots : maternage proximal. C’est-à-dire un ensemble de pratiques (allaitement à la demande et prolongé, portage intensif, cododo…) qui, en répondant aux besoins fondamentaux du bébé, lui évitent d’avoir à manifester par des pleurs le malaise que lui causerait la non-satisfaction de ces besoins.

Le livre que vous avez dans les mains se situe clairement dans la ligne de défense de ce maternage proximal.

Non, les bébés n’ont pas « besoin » de pleurer. Oui, la plupart des pleurs sont évitables. Évitables si l’on répond aux besoins du bébé avant qu’il n’ait besoin de recourir aux pleurs pour les signaler.

Ce que j’en dit :

Avant j’avais des principes (bebe dort dans sa chambre, c’est normal qu’il pleure la nuit, le sein sert à nourrir, etc…). Mais depuis… je suis maman 😎
Bebe dort avec moi, on pratique le portage, le sein à la demande, le massage et … je lis des ouvrages des éditions Jouvence 😝
Pourtant rien ne nous prédestinait au #maternageproximal !
On a juste cherché, petit à petit, des solutions aux soucis qu’on rencontrait et adopté ce qui marche !

Aujourd’hui Juju pleure beaucoup (mais alors beaucoup) moins et on la sent plus attentive et bien dans sa peau. De la même manière la relation adulte-bebe est elle aussi plus calme et épanouie. Je suis sûre de passer pour une beatnik en avouant ça, mais la lecture de ce petit livre (surtout la dernière partie -consacrée aux solutions qu’on peut utiliser pour palier aux pleurs-) est TRES chaudement recommandée aux jeunes et futures mamans 😉

C’est bien simple, je l’offre à toutes les femmes enceinte que je connais car – en plus- il n’est vraiment pas cher !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce qu’on ressent quand on tire son lait au bureau…

J’ai repris le boulot depuis 15 jours et je tire mon lait sur place 2 fois par jours.
Je suis plutôt bien lotie car j’ai pu m’acheter un tire lait discret et efficace, et mon entreprise à un espace où je peux tirer mon lait efficacement (ce n’est pas une salle cocoon ou dédiée à ça, mais c’est calme et je peux m’y enfermer ; d’autre part il y a  un frigo, une prise et un point d’eau).

Jour après jours j’arrive à sortir un peu plus de lait que la veille et l’articulation semaine (tire lait en journée) et weekend (allaitement à la demande) semble fonctionner.

Par contre j’ai un petit souci pour m’organiser au quotidien :
Je suis manager, donc je suis assez libre de mon orga quotidienne mais je me heurte aux équipes qui nécessitent des réunions empiétant de plus en plus sur mes séances de tire lait. (Par exemple : je tire mon lait le matin vers 10h30 et on me cale des réu de 9h30 à 12h -_-).

Et pour le moment je n’ose pas dire « désolée mais je peux pas parce qu’il faut que je tire mon lait « …

Ce qui m’amène à ça, c’est qu’en parlant de ma poursuite de l’allaitement à 2-3 collègues j’ai été déstabilisée par leurs réactions.
Certaines étaient admiratives, d’autre dans l’incompréhension et le respect, mais toutes me laissaient entendre que ce n’allait pas de soi.
Outre le fait que ça m’a remis un peu en question sur une décision qui coulait de source … ça m’a surtout amener à éviter d’en parler … ou d’imposer mes pauses

IMG_5939
J’évite d’aborder le sujet car j’ai l’impression de ne pas être « normale » de continuer à tirer mon lait alors que j’ai repris une vie active. Comme si je « m’imposais » un truc qui n’avait pas trop de sens. (D’ailleurs j’ai aussi l’impression d’être une hippie quand je dis que je ne veux pas donner de lait maternisé à ma fille).

D’un autre côté j’ai aussi l’impression de ne pas être assez professionnelle si je fais passer mes séances de tire lait avant mes impératifs pro.
Pourtant je sais que j’en ai le droit. Mais comme ces séances sont un peu de l’ordre de l’intime  (j’ai l’impression de continuer d’être avec elle quand je suis en tire-lait), j’ai du mal à me positionner sur cette priorité dans le cadre pro.

Bref… si je vous parle de tout ça c’est que j’aimerais échanger avec d’autres mamans qui tirent (ou tiraient) leur lait au bureau ; encore plus si certaines d’entre vous sont cadre.

Je me sens assez isolée avec ces questions et réflexions.
Comment vous êtes-vous organisé ?
Rest(ie)ez-vous discrète ou au contraire assum(i)ez-vous ces pauses ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

La reprise du boulot

Acte 1 : Le Matin

Et voilà…
Bébé est chez la nounou tandis que le RER m’emmène au travail.

La nuit a été dure à cause de la fatigue accumulée, mais l’angoisse de la séparation a sans doute joué un petit peu.
D’ailleurs j’ai l’impression que cette angoisse s’est avant tout exprimée chez la puce, après qu’elle ait absorbé celle que je masquai 😕

Pourtant il n’y a eut aucun accro ce matin 👌🏻
Les tenues et sacs avaient été préparé en avance, le planning établi (et revu avec le papa) et mademoiselle m’a fait le plaisir de se gorger de lait 5 minutes avant l’heure du départ !
Et pour m’encourager à ne pas chouiner comme une madeleine, j’ai fait exprès de choisir un mascara non-waterproof (en sachant que je n’ai pas de démaquillant au bureau) 😜 ! Et je peux vous dire qu’en habillant la poupette ou en repartant ce matin, j’avais quelques trémolos dans la voix.

Mais je suis assez fière de moi !
J’ai tenu un discours calme et assuré à ma fille, et rassuré comme j’ai pu la nounou (qu’on sentait fatiguée et plutôt anxieuse à l’idée de cette journée avec un bébé qui refuse de manger au biberon 😅).

Continue reading « La reprise du boulot »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une page se tourne

Aujourd’hui j’ai eut du temps de libre à la maison, et j’en ai profité pour laver et ranger les achats que j’ai fait pour la petite.
Et puis ça m’a pris comme une envie soudaine : j’ai pris toutes mes fringues de grossesse et les ait mises dans une boite !

Comme si je refermais cette période et la rangeait proprement en attendant une prochaine fois.

Ca fait bizarre car ce sont des fringues que j’ai tellement mis que j’ai presque oublié qu’il y avait autre chose ( la preuve : je suis partie en vacances avec mes robes de grossesse !).

Du coup c’est un symbole assez fort pour moi. Le signe que la vie « normale » va reprendre, mais avec une personne en plus à la maison !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le moment où tu as un peu honte – #1

Ce moment où tu attends chez le pédiatre et que tu réalises que ton bébé est le seul en pyjama 🙄

Rendez-vous sur Hellocoton !