3 conseils pour préparer facilement ses faire-parts de naissance

Quel est celui ou celle qui n’a pas déjà reçu un faire part de naissance plus de 6 mois après la naissance dudit bébé, voire carrément après son premier anniversaire ? 😀
Car même si la tradition du faire part de naissance a tendance à s’amoindrir, cela reste une étape importante pour bon nombre de futurs parents, surtout si c’est le 1er enfant. Et pourtant, ça vire vite à la galère si on ne s’organise pas comme il faut !
Personnellement j’admets avoir trainé en longueur pour ma seconde fille, alors que j’étais over-the-top pour la première (faire part reçu par la famille à moins de 2 mois après la naissance, et BIM !  😛 )
A l’occasion de ma série sur « les trucs à savoir pour les futurs parents »voici donc quelles astuces pour assurer le faire part de naissance que ce soit pour un premier enfant…  ou les suivants ! 

Conseil n°1 :  Choisir le faire-part avant la naissance 

Le truc pour réussir son faire part et l’envoyer dans les temps, c’est avant tout de s’y prendre en avance. Tout ce qu’on peut faire avant la naissance doit l’être (comme quoi la grossesse ne sert pas qu’à traquer les box de naissance gratuites)
Et si c’est votre premier c’est encore plus vrai car il va falloir du temps pour choisir le faire-part de vos rêves, celui qui vous ressemble et  qui se chargera d’annoncer la grande nouvelle. Car il y a les faire-parts avec ou sans photo, avec ou sans rabats, avec ou sans décorations en relief, etc…
Soyons honnête : vous allez vous noyer dans les choix, il ne faut donc pas hésiter à prendre du temps et vous immerger dans les sites de faire-parts et/ou dans Pinterest.
Personnellement je vous recommande de créer des comptes pour sélectionner les modèles qui vous plaisent et faire un petit shopping virtuel, avant d’en discuter avec votre moitié. Et commencez par faire vos armes sur un seul site avant de partir dans tous les sens, car les différents modules et éléments à déterminer peuvent prendre du temps. Vous pouvez commencez par personnaliser votre faire-part de naissance avec Popcarte pour vous habituer.

Pro tip : si c’est votre premier et que vous savez que vous souhaitez plusieurs enfants, pensez à choisir un faire part dont vous pourrez faire des rééditions personnalisées pour chaque enfant.C’est l’occasion de rigoler en tentant des faires-parts de tous les sexes et tous les prénoms possible.

Prenez garde toutefois à regarder assez vite les prix, car beaucoup de modèles abordables peuvent devenir chers dès qu’on commence à rajouter une option par ci, une option par là. Le nombre de faire-parts (et les timbres associés) peuvent aussi faire gonfler le prix : il faut donc faire la liste des destinataires dès le début. 

Enfin prenez garde aux codes promos qui circulent : seront-ils encore valables après la naissance de bébé ? Sont-ils valables pour la quantité de faire-parts que vous voulez ? 

Conseil n°2 : Faite une liste de tout ce qu’il vous faut, après la naissance, pour passer la commande au plus vite. 

Idéalement je vous conseille d’arrêter votre choix sur 1 ou 2 modèles de faire-parts, 1 mois avant la naissance de bébé. Personnalisez avec vos propres textes et informations pour faire « comme ci », puis notez religieusement ce qu’il vous faudra pour les finir après la naissance.

Continue reading « 3 conseils pour préparer facilement ses faire-parts de naissance »

Quand la fin du congé maternité se profile

5 mois que ma Gaby est née.
5 mois que je suis « coincée » dans mon congé maternité. Je n’utilise pas ce mot au hasard car il résume très fort toute l’ambivalence qui est la mienne, à 15 jours de ma reprise du travail 🙄

J’ai quitté mon poste à la mi-janvier et le reprendrais avec tellement de plaisir dans 15 jours.
Parce que malgré tout l’amour que j’ai pour mes filles et le plaisir que j’ai eut a consacrer ce temps à mon nouveau né, cette grossesse et ces premiers mois auront été noircis par des contraintes qui m’ont tant pesé que je me suis naturellement coupée du reste et me suis tenue en retrait.

D’abord il y a eut les épisodes dépressifs durant la grossesse et après l’accouchement. C’est un sujet sur lequel j’ai pas mal écrit de mon côté mais dont je n’ai pas encore le courage de publier.
Puis il y a eut les hauts et les bas de santé, et enfin l’arrêt maladie de ma nounou qui m’a plongé malgré moi en H24 avec les filles 😨

Avec le recul je sais que j’ai apprécié ces mois au contact constant de mes filles, mais l’épuisement psychologique pèse tellement que j’ai hâte de retrouver un semblant d’équilibre psychologique à la rentrée.
C’est tellement présent que j’arrêterais l’allaitement exclusif aux 6 mois de Gaby (alors que MissJ y a eut le droit jusqu’à 22mois) car je sais ne pas pouvoir assumer les contraintes du tire lait au travail. J’ai besoin de reprendre du temps pour moi, et cela va passer par des vraies pauses déjeuner sans tire-lait. J espère ne pas le regretter plus tard mais comme je souhaite maintenir l allaitement le reste du temps, je ne suis pas trop inquiète.
J’essaye de faire mes choix en les assumant, mais je n’ai aucunement la prétention de dire qu’ils sont meilleurs que ceux des autres 😉

Capture d’écran 2019-08-28 à 23.55.33.png

Et tandis que j essaye de profiter de ces 15 derniers jours de « mère au foyer » j’ai hâte d’être à la rentrée ! Vivement le travail 🤪

Arrêt maladie, maternage et isolement

J’ai cherché quel texte mettre sur cette photo mais je n’en ai pas trouvé. Pour moi elle résume assez bien ce qui fait mes jours ces temps ci…

Capture d’écran 2019-08-28 à 23.10.25.png

Cela fait un mois que je n’ai rien publié, parce que ça fait un mois que je n’ai rien su dire. En décembre dernier j’ai eut un épisode dépressif que j’ai su identifier très clairement et rapidement. Mais depuis un mois, qqch n’allait plus. Ça commence à changer, doucement, simplement.
À changer assez bien pour que je veuille sortir un peu de mon isolement et reprendre la parole ici.

Gaby va superbement bien et MissJ est une vraie tornade d’énergie.
Ça fait 2 mois et demi que notre petite famille tourne désormais à 4, et je suis ravie de l’équilibre qu’on s’est construit. Malgré les aléas de santé et les les aléas de la vie on est vraiment heureux.

Mais parfois, il faut savoir s’isoler et se concentrer sur ça ; pour se stabiliser et repartir du bon pied. Merci pour vos petits messages inquiet mais : « ça va ».
J’ai juste besoin d’un peu de temps pour digérer et pour profiter de ma gaby.

Je ne vais pas reprendre le boulot avant la fin de l’été et savoir qu’on est ensemble jusqu’à ces 6 mois me permets de me projeter de façon bien plus évidente et satisfaisante. Pour moi, maniaque de l’organisation et des agendas, c’est un sacré bon point d’ancrage 😋
Ça permet aussi de s’accorder le temps de se reposer et de digérer le post partum, le décès de mon grand père, l’anémie et les différentes choses qui marquent le climat assez bizarre de ce printemps.
Il m’arrive de pas quitter ma chambre de la journée ces jours ci, mais c’est cathartique, comme une petite immersion cocoon avant d’émerger.
Et d’ici juin j’aurais bien repris pied. Pied à pied justement 😏 Vous vous débarrasser pas de moi comme ça 😉

Quand la routine du nouveau né s’installe

J+15 après le retour de la maternité.
La routine d’un nourrisson c’est tout juste installée après 2 pics de croissances particulièrement “voraces” 🙈
J’ai réappris à faire mes noeuds de portage (merci @betty_petitspandaszen 😘), à donner un bain à un tout petit et à flipper pour tout et n’importe quoi.

Capture d’écran 2019-04-07 à 12.38.10

Car oui, je suis de ces mamans qui angoissent pour un rien au point de prendre un rdv avec le pédiatre à 2h du matin car bébé a le nez qui coule, ou se demander sans cesse pourquoi elle régurgite un jour et pas le lendemain.

Il faut dire que, chez moi, le post partum fait ressortir des angoisses qui confinent à l épisode dépressif. Pourtant, en dehors de ce travail sur soit … et l’ impression de vivre avec un tube digestif appelé bébé… je suis tellement ravie de vivre ces moments de calme quand Gaby dort, repue, et que le calme règne à la maison!

Sentir ce petit corps qui s abandonne contre soit tandis qu’on se repose en savourant ces instants hors du temps, ça n’a pas d’équivalent !
C’est juste précieux et riche d’impressions à chérir : la respiration rythmée du bébé, son poids sur soit, la lumière printanière, l odeur neutre et pourtant unique du bébé, les bruits de la rue au loin, et les petits couinements d’un nourrisson qui laissent entendre qu’il faudra bientôt penser à une tétée ou un changement de couche.

Alors oui, c’est fatiguant ce rythme tétée-colique-couche mais quand on sait que ça n’a qu’un temps on en apprécie d’autant plus ces pauses magiques entre deux triptyques du nouveau né

Derniers jours de grossesse

Quelle étrange sensation que ces derniers jours avec mon gros bidon🧐…

J’espère encore que bébé se décide à venir tout seul mais savoir que -quoiqu’il arrive- on déclenchera mardi, me met dans un drôle d’état d’esprit.
C’est comme pour le sevrage de MissJ : tout est empli de “dernières fois” 🙄.

Il y a les dernières fois cools : derniers jours de nausées, derniers jours d’insomnies, derniers jours de matraquage interne, derniers jours à marcher comme une baleine.
Et il y a les derniers jours dont je me sais déjà nostalgique : dernier jours à se caresser le bide sans s’en rendre compte, derniers jours à sentir bébé s’étirer en douceur, derniers jours à voir MissJ faire des bisous au “bébé dans le bidou”.

Je n’aime toujours pas cette idée d’avoir une rendez-vous pour accoucher, mais le déclenchement a l’avantage de pouvoir « savourer » ces derniers moments enceinte.

Parce qu’accessoirement on va s’arrêter à 2 enfants hein 😬
(on est pas fou !).

Quand l’accouchement s’annonce plus médicalisé que ce que l’on voudrait

Décidément cette deuxième grossesse ne ressemble en rien à la première 😑
Après les 4 mois de vomito, les vertiges, les contractions et les analyses inquiétantes (pour rien) voici qu’il est question de déclencher l’accouchement la semaine prochaine 🤬

On savait Numéro2 plus gros que MissJ (qui nous a déjà fait un 4,2kg à terme), mais celui-ci atteint presque les 4kg a 38SA. Et voilà qu’on découvre un diabète de fin de grossesse.
Du coup déclenchement semaine prochaine 😡… Et qui dit déclenchement dit aussi péridurale (surtout avec mes antécédents).

Résultat des courses : je ne décolère pas depuis jeudi dernier.
Même si j’en ai marre d être enceinte et que je connais les risques d’un très gros bébé, le déclenchement est un acte que je n’apprécie pas car il invite a médicaliser ce que je voulais de plus naturel possible.
Après un dernier contrôle/écho/monito jeudi on décidera du protocole et de la date, mais ça me ronge au possible. Mon mari dit même que je suis comme « un chat qui crache ».

Continue reading « Quand l’accouchement s’annonce plus médicalisé que ce que l’on voudrait »

Vécu : Mes pires crises de larmes pendant la grossesse

Lors de ma 1ere grossesse, et en particulier pendant tout le 1er trimestre, j’ai connu des crises de larmes intempestive typique des femmes enceintes. Je le dis maintenant avec le sourire mais je peux vous dire que j’étais moyennement à l’aise avec ça à l’époque. Car même si tout le monde trouve ça ‘mignon’, moi ça me fatiguait. Heureusement ce phénomène était beaucoup plus léger lors de ma seconde grossesse (surement parce que j’ai éviter la télé comme la peste, je m’explique juste après 😛 ).

En en reparlant avec mon mari et des amis qui attendent un enfant, je me suis dit que ce serait drôle de consigner les pires trucs qui me faisaient pleurer.
Je vous met même des videos en fin d’article « pour le souvenir » ^^

Les crises de larmes contextuelles

J’ai mis un certains temps à accepter les crises de larmes car elles s’invitaient n’importe quand et je me faisais l’effet d’être une cruche complète incapable de se raisonner et d’être en société.
Car si on excuse souvent les femmes enceintes pour leurs « émotions à fleur de peau », chez moi c’était surtout des pleurs pour n’importe quoi !

Les premières fois cela tenait à la frustration de ne pas pouvoir exprimer quelque chose.

Par exemple  lorsque mon mari m’a cuisiné des pommes de terre (à ma demande) mais qu’il a osé mettre de l’ail et du piment dessus ! Je voulais tellement manger des patates natures que ça m’a mise dans un état fou !  Et ai fondu en larme avant de partir en claquant la porte de la chambre. Ce #PatateGate est devenu l’une de ces histoires drôles préférée mais depuis il ne me fait plus de patates.
(D’ailleurs la seconde fois où je suis entrée en crise, c’est de nouveau lorsqu’il a cuisiné qqch sans le faire à ma façon #pardoncheri)

Ensuite il y a eu quelques petites crises quand je ne comprenais pas quelque chose.

Ce sont des histoires dont on se moque maintenant, mais qui ontjeté un froid à l’époque.
Je me rappelle en particulier d’une ballade avec des amis… On marchait tranquillement quand ils ont changé de route sans que je comprenne pourquoi ; cela m’a fait chouiner d’un air paumé et l’un d’eux s’est exclamé gentiment « mais elle pleure même pas pour de vrai : y a pas de larmes« .
Autant vous dire qu’après ça c’était parti pour 5 minutes de vraies grosses larmes bien bruyantes en pleine rue !  #payetahonteaprescoup

Mais si ces crises ridicules se sont vite calmées à la fin du 1er trimestre, il y a un facteur qui a perduré et qui a été un vrai cauchemar à gérer au quotidien : la télé !

Le pire ennemi de la femme enceinte hypersensible : la télé !

Si je chouinais en lisant des livres sur la grossesse, des romans ou encore en écoutant des BO de film, le pire canal d’émotion pour moi fut la télé !
Que ce soit des émissions, des films ou des series je pleurais devant tout et n’importe quoi !

D’ailleurs à force d’amasser des situations gênantes, on a fini par se faire une petite liste des contenus qu’il me fallait éviter.

  • A commencer par les dessins animés pour enfants.
    J’ai ainsi sangloté piteusement devant « Le Monde d’Arlo », « Peter Pan » et je ne sais plus quoi. J’envisage d’ailleurs d’interdire ces bombes émotives à mes futurs enfants, pour les préserver.
  • Les infos télévisées m’ont aussi été clairement interdites dès le 2e mois de grossesse.
    Et pas uniquement à cause de leur lot de mauvaises nouvelles… J’ai eu l’occasion de fondre en larme une fois devant une scène qui montrait le Pape en train de bénir des enfants ?!?
    Il faut croire que la religion n’est pas une source de réconfort pour une femme enceinte 😛
  • Les films romanesques et historiques ont été ensuite limités à un ou deux par semaine pour éviter  la sur-consommation de mouchoir que je faisais.

Mon top 3 des pubs larmoyantes (année 2016)

Mais si tout cela peut paraître acceptable et presque « mignon », c’est sans compter l’impact complètement irréaliste des pubs sur mes émotions.
Car ça a rapidement été la Bérézina et mon mec en rigole encore plusieurs années plus tard ! Et je retiens tout particulièrement 3 pubs comme étant de vrais cataclysmes lacrymaux :  

  1. La pub d’Eurodisney qui t’explique qu’il y a un âge, entre l’enfance et l’adolescence, où tu dois te construire des souvenirs avec tes enfants (parce qu’après ça sera de sales ados rebelles et je-m’en-foutistes)

    OMG, en recherchant la vidéo j’ai de nouveau le cœur serré en entendant la voix off avec la musique !

2.La pub contre l’abandon des animaux de la fondation 30 millions d’amis.
Attention cette campagne de pub est un appel aux larmes et même plusieurs années par la suite je fond encore en larme (bon ok je suis de nouveau enceinte donc ceci explique cela…). Et je ne doit pas être la seule touchée par cette copie télé.
Le scénario est tellement bien fichu que n’importe qui la prend en pleine figure la première fois qu’il la voit !

J’étais tellement atteinte par cette pub qu’en voulant l’expliquer à quelqu’un je me suis mise à pleurer rien qu’en en racontant l’histoire !

D’ailleurs dans la même catégorie je pourrais aussi vous parler de la campagne pour la sécurité routière « Onde de Choc » (où l’on vous explique -dans 3 spots différents- qu’une conduite à risque ce sont des dizaines de personnes qui seront touchées/brisées par l’accident ).
Parce que celles-là aussi je suis capable d’en pleurer rien qu’en les racontant !

Et vous,  quelles ont été les sources de larmes les plus délirantes lors de la grossesse ? 

Se préparer (sans douleur) à l’accouchement ?

Je dois bien admettre que cette seconde grossesse est beaucoup plus instructive en ce qui concerne les malaises et mal-êtres de la grossesse. Alors que j’étais assez en forme pour repousser mon congé mat’ la premiere fois, me voilà arrêtée près d’un mois avant le congé pathologique !   La faute à une fatigue incapacitante,  mais surtout aux contractions qui se sont invitées dès le 7eme mois 🙁
Et malgré le repos, cela ne va pas en s’arrangeant… Il me suffit de m’agiter ou de marcher plus d’une demi heure et voilà les contractions de retours (alors que je faisais 10km par jour la semaine qui précédait l’accouchement il y a 2 ans -_-‘) ! Même l’ostéo n’a pas trop osé me manipuler à cause de ces fichues contractions.

Et cela soulève la question de la douleur présente à venir. Notamment celles attendues lors de l’accouchement.
Les contractions douloureuses s’invitent assez régulierement pour que j’ai commencé à prendre du Spafon  et du Paracetamol lorsque ça devient trop indisposant.

douleurs-pre-accouchement

Le “truc” c’est  que je souhaite un accouchement le plus naturel possible et, comme la fois précédente, je voudrais accoucher sans péri, même si je n’ai pas réussi. Je m’accroche à l’idée que les sages femmes m’aideront et que cette fois ci ce sera plus rapide.

Pourquoi refuser la péridurale ? 

Ce n’est pas que j’ai quelque chose contre la péri, mais avec le passif hospitalier que j’ai, j’aimerais me passer de tout anesthésiant (même si je sais qu’une péri n’est ni une rachi, ni une anesthésie générale :p). C’est une question de maîtrise de la situation et de mon corps.
Et puis la maternité ne pratiquant pas la péri ambulatoire, l’idée de devoir rester allongée et de dépendre des autres pour changer de position me rend complètement dingue !!! Mon expérience de la péridurale ambulatoire était tellement parfaite que je vais forcément souffrir de la comparaison..

D’autre part je dois être aussi un peu maso car j’ai  envie de réussir à dépasser la douleur qui m’a brisée la fois précédente. Savoir que je peux aller au delà et donner naissance « par moi même » c’est important.

Continue reading « Se préparer (sans douleur) à l’accouchement ? »

Quand il est temps de reprendre pieds

Bon il est temps que je reprenne un peu du poil de la bête et que je donne des nouvelles…

Depuis fin novembre c’est loin d être simple et j’ai l impression de glisser doucement sur une pente savonneuse.
Rien de grave, mais une accumulation de choses diverses et variées qui m’ont placé dans une espèce de no man’s land émotionnel – une zone grise d’où je n’avais ni le temps ni l’envie de sortir.
Mais là je crois ça suffit 🧐.

cocooning maison

Je suis arrêtée depuis 2 semaines et il semble que les choses trouvent tranquillement leur place. Même si je suis à demi impotente la santé va mieux et les tracas du boulot s’allègent petit à petit pour préparer mon absence.
Une fois que ces deux points seront réglés le reste devrait couler de source.

Heureusement, la vie de maman poursuit son cours malgré ces divers événement. Continue reading « Quand il est temps de reprendre pieds »

6eme mois de grossesse : enfin ou déjà ?

Hasard du calendrier c’est en allant faire ma batterie d’analyses ce matin que j’ai réalisé que j’entrais dans le 6eme mois de grossesse (la meuf toujours au courant 😬).

Il faut dire que cette grossesse n’a rien de glamour ou de facile (surtout comparé à la première).
Cela fait à peine 10jours que j’arrive à manger normalement et que je n’ai plus ni nausées ni aigreurs. Merci à l’ostéo qui m’a beaucoup aidé là dessus.
Je n’ai plus le droit non plus de porter ma fille ou de m’assoir en tailleur car mon corps a déjà commencé à s’adapter à mon trop gros ventre (pour ce terme) et mes hanches se décrochent 😒

Du coup je me sentais pas au meilleur de ma forme en allant faire mon test du diabète. Résultat un malaise plus tard et une apres midi amorphe :  3 jours d’arrêt avec ordre de repos complet jusqu’à demain soir.
Donc vous voyez, malgré ce que je craignais je ne vais pas trop vous saouler avec cette grossesse 😏car elle m’épuise 😑!

Capture d’écran 2018-11-27 à 18.14.18

Pour autant je suis ravie de vivre cette aventure car cette grossesse sera sans doute ma dernière et que je la désirais très très fort.
D’ailleurs la taille un peu disproportionnée de mon ventre vient de là : j’en suis très fière alors elle s’affiche 🤗

D’ici le terme il ne me reste qu’à tenir le rythme de #MissJ qui compense déjà l’arrivée de ce Numero2. Cumulé avec le taf et le quotidien de la maison je n’arrive vraiment pas à comprendre comment on fait quand on a déjà plus d’un 🤭

Les mamans de famille nombreuse, franchement, vous avez tout mon respect 🤪