Combien de faire part de naissance faut-il envoyer ?

Récemment deux de mes collègues sont revenues de congé mat’ et les mamans que nous sommes ont lancé un débat ul-tra-ca-pi-tal pour les futures et jeunes mamans d’un premier enfant : Faut il encore envoyer des faire part de naissance en 2022 – 2023 ? 💌
Mais pour répondre à cette question de fond, j’ai préféré les renvoyer sur une question plus pratique et surtout plus précise. Une question qui, selon moi, permet de savoir si cela vaut le coût (ou pas) de se lancer dans la production des faire parts 🤨. A savoir : à combien de personnes ont-elles envoyé (ou voulaient-elles envoyer) un faire part de naissance ?
Car oui, c’est là que se cache le vrai débat !
Selon le rôle social qu’on donne aux faire-part annonçant l’arrivée d’un mini-vous, on peut savoir si le faire-part est toujours d’actualité dans le chemin de croix des futurs jeunes parents 😇

A qui faut il envoyer un faire-part de naissance ?

🫲 A ma gauche il y a les puristes,
ceux qui voient le faire part comme le messager d’une bonne nouvelle et qui souhaitent l’envoyer au seul cercle familial proche, voire aux amis les plus chers.
En gros : ceux que vous avez (ou auriez) invité à votre mariage ; soit une quinzaine en moyenne et jusqu’à une trentaine de faire-part dans les grosses familles.

🫱 A ma droite il y a les opportunistes,
ceux qui voient le faire part comme l’occasion de susciter un cadeau de naissance bienvenu à l’heure de s’équiper de tout un lot de matériel de puériculture hors de prix.
Pour ceux-ci (et sans les juger) le faire-part sera l’occasion de diffuser au maximum l’url de la liste de naissance, et nécessite donc un très large spectre de diffusion : la famille, les copains, les collègues de travail, les clients, le club de bridge des grands parents, et j’en passe et des meilleurs.
Selon leurs ambitions il faudra prévoir une bonne quarantaine de faire-part (arrondissez à 50).
Mais par politesse il faudra aussi penser au carton de remerciement à adresser aux destinataires se fendant d’une participation à la liste de naissance et que vous n’aurez pas l’occasion de croiser de sitôt (comptez sur la moitié de vos faire-part)

🙌 Et au milieu, il y a…
les jeunes parents super-trop-fiers qui ont envie d’annoncer ça à tout le monde, mais sans non plus investir dans une campagne de marketing semi-professionelle.
Ceux-ci l’envoient à la famille, mais en profitent aussi pour reprendre contact avec leur grande tante et les cousins éloignés, sans oublier d’envoyer une carte groupée à leurs collègues (c’est quand même plus classe qu’un SMS avec une photo 😙) et le petit mot pour la sage femme qui les a si bien accompagné.
Dans ce cas-ci il faut prévoir une trentaine de faire-part.

L’astuce pour acheter le bon nombre de faire-parts

Au final l’idée est bien de faire votre liste de destinataires AVANT d’avoir besoin d’envoyer les faire-part. Idéalement mettez vous sur le sujet 3 mois avant la date de l’accouchement. Cela vous donnera un nombre, puis vous ajoutez 5 à 10 faire-parts pour votre album souvenir, la grand mère qui en voudra pour ses copines, le médecin de famille qu’on aura évidement oublié etc…

Idéalement choisissez ou créez votre modele à la même période, car une fois que votre progéniture sera là… vous aurez autre chose à penser.
Et rassurez vous, lorsque numéro 2 ou numéro 3 arrivera, il suffira de reprendre la même liste et le même modèle de faire part (qu’il suffira d’upcycler en changeant les motifs ou les couleurs 😜). Et le tour est joué !

D’ailleurs si vous voulez j’ai d’autres astuces pour préparer vos faire parts de naissance 😘

3 conseils pour préparer facilement ses faire-parts de naissance

Quel est celui ou celle qui n’a pas déjà reçu un faire part de naissance plus de 6 mois après la naissance dudit bébé, voire carrément après son premier anniversaire ? 😀
Car même si la tradition du faire part de naissance a tendance à s’amoindrir, cela reste une étape importante pour bon nombre de futurs parents, surtout si c’est le 1er enfant. Et pourtant, ça vire vite à la galère si on ne s’organise pas comme il faut !
Personnellement j’admets avoir trainé en longueur pour ma seconde fille, alors que j’étais over-the-top pour la première (faire part reçu par la famille à moins de 2 mois après la naissance, et BIM !  😛 )
A l’occasion de ma série sur « les trucs à savoir pour les futurs parents »voici donc quelles astuces pour assurer le faire part de naissance que ce soit pour un premier enfant…  ou les suivants ! 

Conseil n°1 :  Choisir le faire-part avant la naissance 

Le truc pour réussir son faire part et l’envoyer dans les temps, c’est avant tout de s’y prendre en avance. Tout ce qu’on peut faire avant la naissance doit l’être (comme quoi la grossesse ne sert pas qu’à traquer les box de naissance gratuites)
Et si c’est votre premier c’est encore plus vrai car il va falloir du temps pour choisir le faire-part de vos rêves, celui qui vous ressemble et  qui se chargera d’annoncer la grande nouvelle. Car il y a les faire-parts avec ou sans photo, avec ou sans rabats, avec ou sans décorations en relief, etc…
Soyons honnête : vous allez vous noyer dans les choix, il ne faut donc pas hésiter à prendre du temps et vous immerger dans les sites de faire-parts et/ou dans Pinterest.
Personnellement je vous recommande de créer des comptes pour sélectionner les modèles qui vous plaisent et faire un petit shopping virtuel, avant d’en discuter avec votre moitié. Et commencez par faire vos armes sur un seul site avant de partir dans tous les sens, car les différents modules et éléments à déterminer peuvent prendre du temps. Vous pouvez commencez par personnaliser votre faire-part de naissance avec Popcarte pour vous habituer.

Pro tip : si c’est votre premier et que vous savez que vous souhaitez plusieurs enfants, pensez à choisir un faire part dont vous pourrez faire des rééditions personnalisées pour chaque enfant.C’est l’occasion de rigoler en tentant des faires-parts de tous les sexes et tous les prénoms possible.

Prenez garde toutefois à regarder assez vite les prix, car beaucoup de modèles abordables peuvent devenir chers dès qu’on commence à rajouter une option par ci, une option par là. Le nombre de faire-parts (et les timbres associés) peuvent aussi faire gonfler le prix : il faut donc faire la liste des destinataires dès le début. 

Enfin prenez garde aux codes promos qui circulent : seront-ils encore valables après la naissance de bébé ? Sont-ils valables pour la quantité de faire-parts que vous voulez ? 

Conseil n°2 : Faite une liste de tout ce qu’il vous faut, après la naissance, pour passer la commande au plus vite. 

Idéalement je vous conseille d’arrêter votre choix sur 1 ou 2 modèles de faire-parts, 1 mois avant la naissance de bébé. Personnalisez avec vos propres textes et informations pour faire « comme ci », puis notez religieusement ce qu’il vous faudra pour les finir après la naissance.

Continue reading « 3 conseils pour préparer facilement ses faire-parts de naissance »

La stratégie du rangement et de l’escalier

Je ne sais pas si vous avez des escaliers chez vous, mais ici on n’en manque pas 😉.

Depuis l’emménagement on a pu voir que #MissJ les maîtrise à la perfection et on lui a très vite fait confiance en la laissant les grimper et descendre en toute autonomie.
Et forcément ce qui devait arrivé arriva…

En ayant sa chambre à l’étage et la pièce de vie au rez de chaussée, celle-ci passe son temps à déplacer des affaires d’en haut en bas, et vice versa🤪.
Et moi, comme ma mère avant ça, je met les affaires à remonter sur les marches de l’escalier pour que le prochain qui monte les prenne avec lui. 😏

Capture d’écran 2018-11-10 à 17.24.38

Sauf que le week-end ça vire très vite à l’envahissement des escaliers ; avec des jouets qui s’accumulent et des personnes qui oublient de faire le cargo !

Résultat : au bout d’un moment on ne peux plus passer, et ça râle ! Pourtant je continu de penser que c’est encore la meilleure façon de faire 🧐.

Et vous, vous avez un truc pour assurer le convoyage des jouets à leurs bonnes places ?

Bébé refuse le biberon, que faire ? Partie 1 : la course aux astuces !

Dans le dernier article j’expliquais mon désarroi quant au refus du biberon
Avoir un bébé qui refuse de manger, ça vous prend aux tripes et n’importe quelle maman angoisse à mort lorsqu’elle y est confrontée. Et tout particulièrement lorsqu’il se fait temps de reprendre le boulot.

Et comme j’avais décidé de préparer l’arrivée du biberon bien avant la reprise du boulot, non seulement je n’ai pas échappé à la règle, mais pire que ça : j’ai traîné ma misère pendant plus de deux mois !

Deux mois d’inquiétude et de sueurs froides.
Deux mois à m’en vouloir et à chercher mille et une solutions.
Deux mois à retourner internet et les livres de pédiatrie.
Deux mois à voir la fin du monde à ma porte  !

Finalement ma fille a fini par accepter le biberon au bout de 15 jours de garde, dans des conditions un peu spéciales. Autant vous dire qu’on s’est senti bien seuls pendant ces deux mois et demi !
Et cette histoire un peu folle, je me propose de vous la raconter ici.
Ou plutôt de vous raconter mes galères dans ce billet avant vous raconter le dénouement dans un autre article.

Parce que j’aurais aimé (à l’époque) qu’on me liste toutes les astuces que j’aurais pu utiliser, mais surtout qu’on me raconte comment une autre maman a trouvé une solution. Car s’il y a bien un article qui manque sur internet c’est « comment faire accepter un biberon à un bébé allaité »

Voici donc le début de mes aventures biberonesques ! 😉

Comment faire prendre le biberon à un bébé

Etape 1 : Le refus du petit nourrisson

Il était une fois une maman un peu naïve qui se disait qu’elle pourrait essayer de faire une nuit complète en laissant papa donner un ou deux biberons de lait maternel. Elle partie se coucher confiante… avant de se réveiller au bruit des cris et des pleurs de bébé. Après avoir essayé à son tour de donner le bib, elle décida de rester debout et de donner le sein à son bébé. On aurait bien le temps d’essayer le biberon une autre fois.
Mais ça, ce n’était que le début de l’histoire…
Continue reading « Bébé refuse le biberon, que faire ? Partie 1 : la course aux astuces ! »

Le drame du biberon – Quand bébé refuse le biberon !

Il est grand temps que je reprenne le chemin du blog pour vous parler d’allaitement et de biberon.
Parce que si le biberon semble être un truc naturel pour tout le monde, et que l’allaitement est aujourd’hui grandement encourager, on semble ignorer que le passage de l’un à l’autre peut être un vrai calvaire !

Car du haut de ses 4 mois, ma fille a toujours énergiquement refusé le biberon !
Et ce qui était une petite frustration, au début, est rapidement devenu un motif d’angoisse. Une angoisse de plus en plus oppressante au fur et à mesure d’approchait la reprise du boulot (et l’adaptation chez la nounou).

J’ai ainsi passé des heures à arpenter les sites web pour tenter de répondre à la question « comment faire accepter le biberon » ou même  « comment faire accepter le biberon à un bébé allaité? ».
Car s’il existe des nouveaux-nés qui refusent le biberon, ce sont souvent les mamans qui allaitantes qui se retrouvent dans cette situation épineuses (j’ai même eut le droit à quelques remarques sarcastiques sur ce point -_- )

Bébé ne veut pas prendre le biberon : au secour

Mais voilà, à l’heure ou j’écris ses lignes : MA FILLE PREND LE BIBERON !!!!

ça n’a pas été facile et j’ai passé 15 jours horrible où la petite passait près de 9h chez la nounou … sans accepter de boire au biberon. J’étais dans un tel etat…
J’ai appelé plusieurs fois à l’aide sur des forums, sur instagram ; et j’ai reçu beaucoup de témoignages.
Pour mon malheur, certaines  mamans m’ont dit avoir arrêté de travailler pour solutionner le problème ! Or, si j’ai eut l’impression que ce serait la meilleure solution … c’était financièrement  in-envisageable  !

Je suis donc passée par des hauts et des bas. Et je dirais même des très très bas !
Mais à l’heure où nous avons triompher de ce problème je me dit qu’il est grand temps que je vous raconte tout ça car on trouve rarement de témoignages sur le « comment j’ai réussi »

Continue reading « Le drame du biberon – Quand bébé refuse le biberon ! »