Une déco zen pour la chambre des parents (ou une chambre zen pour des parents zen)

Après des semaines de retard et des journées d’angoisses à harceler les ouvriers, j’ai enfin déménagé dans notre nouvelle chambre. Le chantier est loin d’être fini mais les pièces intérieures sont partiellement livrées et … ça se fête !
Il faut dire que j’ai aussi eu de la chance, car le site où j’achète habituellement mes posters (PosterStore) m’a proposé un partenariat à l’occasion de mon déménagement. J’ai donc pu me faire plaisir en achetant des belles affiches mais surtout en changeant mes cadres pour des plus neufs et plus osés.

Je ne sais pas si j’aurais osé ces modèles-ci sans leur proposition, mais j’en suis ab-so-lu-ment-ra-vie 😍

Une petite visite de ma chambre zen, ça vous dit ?

[NB : il y a un bon plan en fin d’article 👇] 

Décorer ses murs pour se sentir chez soit 

J’avais tellement hâte !

Même si on a plus d’1 mois de retard j’avais tout prévu d’avance pour être fin prête. En stockant des meubles depuis 2 ans 🫢, en achetant compulsivement pendant les soldes 🙈 et en sélectionnant la déco que j’allais mettre depuis DES MOIS 🫣 !

Car la décoration des murs, c’est un choix ultra capital pour moi. Je mets TRES longtemps à choisir, pour  être sûre que ça ira avec la pièce (ou dans le cadre d’un nouvel endroit :  que ça créera toute la signature de l’endroit 💁‍♀️)

Et du coup 24h après que les ouvriers soient partis, j’ai fini l’aménagement et la déco.
Je n’en  pouvais plus, vous voyez ? Je voulais ma chambre quitte à la décorer (alors qu’il manque encore les rideaux et les prises électriques 🤪)?

Ils font habituellement des cadres et des déco d’inspiration scandinave, et j’avais déjà pioché dans leur sélection de photos de nature car leurs posters sont abordables
Mais leurs looks d’inspirations m’ont donné de bonnes idées pour oser autre chose ; et  me voilà avec des 3 cadres roses chromés  dans ma chambre 🥰!

Un triptyque bien zen pour décorer la chambre

 Entre le métal « chaleureux » des cadres  et les chromies des illustrations, cette déco renforce  l’inspiration zen et poudré que je voulais dans la chambre.

Je voulais un endroit où je puisse décrocher et souffler. J’avais donc opté pour des coloris simples et chaleureux (blanc, rose, beige), accompagné de visuels très « inspirant ».

Et le rendu dépasse largement mes attentes

J’avais déjà une photo qui jouait sur la frontière entre  la mer et le rivage qui venait de chez eux, dans des tons bleu et blanc. Mais cette fois-ci  j’ai littéralement craqué sur cette plage vue d’en haut, en grand format.
Pour l’équilibrer j’ai choisi cette mer de nuage qui va très bien avec. Mon mari rigole en disant qu’on à Gaïa et Ouranos au dessus de notre lit et … c’est pas faux 🧐

J’ai glissé entre les deux ce joli cadre pour me rappeler qu’il faut aussi  « inspirer et expirer »  😙

Ce triptyque fonctionne super bien ensemble ! Non ?

Continue reading « Une déco zen pour la chambre des parents (ou une chambre zen pour des parents zen) »

[Travaux] Vivre (en famille) dans les travaux

Je me suis rendue compte que j’avais donné une vision un peu « propre » des travaux dans mon précédant post 😅
Et c’est plutôt normal puisque une partie des photos datent du jour où ils ont installés les protections (avant de casser et découper pas mal de choses 👷🏻‍♂️).
De la même manière les mômes avaient l’air sage sur ces photos. Et bien c’est FAUX !
Laissez moi donc vous raconter ce que c’est de vivre dans les travaux avec une petite famille

Chantier et propreté

En vrai, les travaux, c’est dégueu.
J’ai beau avoir une super équipe d’ouvriers qui font gaffe à ne pas trop nous envahir et qui nettoient leur spot en fin de journée… Mon quotidien est rentrer du boulot et nettoyer nos lieux de vie pour ne pas répandre encore plus la crasse.
Le pire c’est que mon aspirateur a rendu l’âme en plein dans la phase d’installation des chauffages (dans l’ancienne partie de la maison). Il y avait donc de la poussière de plâtre partout, au point que j’ai pété un câble ce jour là.
Mes extérieurs étaient déjà dégelasses, mais là on dépassait tous les seuils psychologique pour l’intérieur !
J’ai beau savoir que ça ne va durée qu’un mois de plus… j’en ai marre.


J’ai le vaporeto et le chiffon à vitre qui me démangent !

Chantier et sécurité des enfants

Comment est ce qu’on vit dans une maison en travaux avec des enfants pendant près de 4 mois ?
Et bien on s’organise, on communique, et on apprend à faire des concessions.
A commencer d’ailleurs par les concessions.

Car vous pensez bien qu’a vous voir monter l’échafaudage avec l’entrepreneur ou à faire des visites de chantier, les gosses n’ont qu’une envie c’est faire pareil. Et alors qu’on voudrait qu’ils restent loin de tout ce qui pourrait représenter un danger… on fini par négocier plutôt leur rapport à ces zones de danger.

Oui, elles peuvent jouer dans la cours quand il n’y pas les ouvriers : à condition qu’elles aient balayé la zone de jeux avant et appelle pour qu’on ramasse les clous et autres dangers qu’elles y trouveraient.
Oui, elle peuvent monter sur réchauffage : à condition qu’on soit là et qu’elles ne dépassent pas le 1er étage.

J’entend déjà vos dents grincer à l’énumération de ces comportements à la limite de la décence éducative. Et pourtant…. Vivre sur un chantier ça vous apprend à négocier entre les angoisses parentales et les risques acceptables.
Car il n’est pas entendante que les filles restent sagement dans leur coin pendant qu’une myriade d’opportunité s’offrent à elles (ou plutôt que leur aire de jeux sécurisé se rendait à peau de chagrin pendant 4 mois).

Du coup on essaye de se mettre à leur hauteur et à sécuriser ce qui peut l’être.

MissJ avait déjà fréquenté des chantiers quand elle avait 2 ans mais là, avec une 3 ans surexcitée (et têtue), et une 5 ans qui a besoin de se prouver des choses … il a fallut qu’on s’adapte.

Vivement qu’on en ai fini de tout ça, mais en attendant je ne suis pas mécontente due l’organisation qu’on a pu avoir pendant ces 4 mois de travaux 

[Travaux] Agrandir la maison avec une surélévation

J’ai promis de vous parler un peu de nos travaux, c’est le bon moment pour commencer car on est (enfin) en plein dedans !
Il faut dire qu’agrandir la maison avec une extension verticale, ce n’est pas un projet aussi simple qu’on aurait pu le penser. Et pas juste parce que c’est sale et bruyant. Ce sont surtout des rebondissement continu et beaucoup, beaucoup, d’implication émotionnelles 😵‍💫 !

Le pourquoi et comment de notre surélévation ?

Pour faire bref : on est en train de surélever notre petite maison de ville (2 chambres, 1 sdb, cuisine et salon) d’un étage à vivre ainsi que d’un toit terrasse.
Un projet « tout simple » qui fait suite à 2 ans d’études, de démarches, de montage de projet et de négociations pour le financement … Car si on vit en maison individuelle on est tout de meme en copro (horizontal) dans une ville qui croule sous les demandes d’extension. Du coup le projet à été super long à monter (et ça sans compter le covid qui a compliqué beaucoup de chose dans les plannings)

Au final notre projet rajoute 30m2 d’intérieur et 30m2 de rooftop. De quoi faire un etage pour les parents avec chambre + bureau + salle de bain. Et une toiture terrasse qui permettra de se la couler douce (loin des enfants 🤭)
Tout cela pour la somme (pas modeste du tout) de 250k€ tout compris (et donc d’un joyeux prêt de +de 20ans, qui s’ajoute à notre prêt initial pour l’achat de notre maison 😖).
Autant vous dire que financièrement, on rase les murs et que je meublerait tout ce nouvel espace avec de la recup et du Leboncoin 💸.
Mais l’ameublement ce sera après les travaux.

Où en somme nous dans les travaux ?

Continue reading « [Travaux] Agrandir la maison avec une surélévation »

Fruit de saison (ou pas 😬)

Le melon c’est un peu la citrouille de l’été !

MissJ – 5 ans
(très au point sur les fruits et légumes de saison)

« Une année en poésie »,  le livre qui vous offre un poème à partager chaque jour pour les 4 à 7 ans

Même si le printemps de la poésie est terminé, j’ai envie de vous parler de ce joli coup de coeur, découvert chez mon libraire à l’occasion de cette fête annuelle de la poésie.

J’ai toujours beaucoup aimé la poésie mais je la consomme par phases.
C’est à dire que je n’en ai rien à lire pendant plusieurs mois et puis d’un coup, je ne lis plus que ça pendant plusieurs semaines 🙄
De la même manière j’en ai beaucoup écrit, mais par phase là encore : c’est à dire rien pendant 3 ans et une vingtaine de projet en 1 mois. Mais bon, ça fait longtemps que je ne cherche plus à comprendre comment fonctionne mon cerveau 🫣

Tout ça pour vous dire que la poésie compte beaucoup pour moi, et que c’est un peu un challenge de transmettre cet amour aux enfants

Si ce n’est pas simple d’initier les plus jeunes à cet art littéraire, c’est avant tout car ils n’arrivent pas tout de suite à « goûter » le plaisir de la rime ou l’équilibre des syllabes.
L’école maternelle fait une super initiation, notamment autour des chansons rimées, mais j’avais envie d’aller plus loin avec MissJ.
Et c’est là que trouver « le bon » livre de poésie (pour enfant) devient un enjeu 😬

Avec « une année en poésie » j’ai trouvé un super support pour ça !
A la façon d’un almanach, le livre propose de découvrir un poème chaque jour, sur un sujet et une forme différents.
On suit majoritairement les saisons mais on découvrir surtout des poèmes de type, d’origine ou de culture différents. Parfois long, parfois court, parfois classique, parfois moderne.
C’est très agréable de se laisser ainsi porter !

Une année de poésie, un poème à partager chaque jour
29euros aux editions Gallimard jeunesse

Au début j’ai essayé de l’utiliser sous le format 1 jour = 1 poème. Mais finalement il est plus efficace/agréable lorsqu’on l’utilise de temps en temps. On l’ouvre à la date du jour et on se laisse ensuite porter en lisant plusieurs poèmes qui se suivent (ou au gré des pages qu’on ouvre au hasard).

Petites astuces pour lire de la poèsie avec les petits

Dans tous les cas il faut toujours commencer par le lire le poème dans sa tête puis le déclamer à haute voix, histoire de trouver son rythme.
Ensuite ça dépend de l’enfant.
Perso je m’oriente
– sur le thème du poème (« qu’en a tu pensé » « qu’est ce que ça raconte » « qu’as tu aimé »)
ou
– sur la structure du poème en lui même (« est-ce que tu as entendu des rimes? » « est ce qu’il y a un passage qui t’a plu »)

Mais le plus chouette, c’est de taper dans les mains à chaque syllabe, pour décomposer avec eux le rythme du poème.
C’est avec ce jeu là que MissJ s’est vraiment mise à adorer la lecture de la poésie.

C’est à la fois un jeu et à la fois une initiation littéraire 😉

Continue reading « « Une année en poésie »,  le livre qui vous offre un poème à partager chaque jour pour les 4 à 7 ans »

#Mercimaîtresse : ses idées cadeaux pour la maîtresse de maternelle

Qui dit fin de l’année dit « cadeaux à la maîtresse ».
Et cette année (la dernière en maternelle 🫣) MissJ s’est sur-investie dans les cadeaux fait-maison.

On s’est déchirées dans les savoir-faire mise en pratique pour réaliser tout ça : peinture, écriture, mosaïque, gommette, pesage, assemblage, écriture, dessin… pfiiiiiou ! 
Et je ne vous ai pas montrée sa carte « merci maîtresse » faite elle aussi avec amour et créativité 🤩

Sa maîtresse aura donc :
1️⃣ une superbe décoration de classe (pas du tout modeste)

2️⃣un kit de pâtisserie de secours, lui permettant de faire un banana bred (et donc d’écouler les bananes 🍌 trop mûres qui traînent dans la cuisine). Tout ça est assez simple à faire mais ça fait 3 week-end qu’on y travail, pour que ce soit MissJ qui fasse le plus de choses.

Autant vous dire qu’elle trépigne d’impatience à l’idée de remettre ses cadeaux à la maîtresse 👩‍🏫

Ça ne m’empêchera pas d’ajouter une boîte de chocolats pour les animateurs (car on a tendance à les oublier)

Le château de l’Islette, le château qui propose aux enfants une visite déguisée

Cela fait 2 fois que nous partons en Touraine (à la frontière avec le Pays de la Loire) , le temps d’une semaine ou d’un gros weekend prolongé.
Il faut dire que c’est près de Paris et que cela offre des tas d’opportunités en terme de grand gîte bucolique et d’activités à faire en famille.

En l’occurence, à partir de 3 ou 4 ans, on peut facilement faire quelques visites de châteaux (entre deux caves à vin pour les parents :P).
Et parmi tous les châteaux que nous avons fait, il y en a un qui se distingue largement des autre par une approche ultra ludique à destination des enfants !
Car au château de l’Islette les enfants sont invités à choisir un déguisement avant de déambuler dans le château et son parc ! Et ça, ça fait toute la différence pour capter leur attention.

Quelle idée absolument géniale ! Les mômes sont ultra excités à l’idée d’aller se déguiser, puis ils arpentent ensuite le château comme si on les avait intronisé 😀

Et cette histoire de déguisements disponibles pour tous, ce n’est pas une promesse en l’air.
Nous y sommes allé la première fois avec 6 gosse de 3 à 12 ans et il y avait du choix et des tailles pour tout le monde. Les filles se sont d’ailleurs réparties entre les robes de princesse et des tenues de chevalier, au gré des envies de chacune.

Quant au château, même s’il est relativement restreint en nombre de salles (bah oui, ça reste de l’architecture médiévale) il reste très riche en ameublement.
On peut d’ailleurs voir comment la famille qui l’occupe actuellement l’a modernisé au gré des années.

Mais ce que j’ai le plus aimé, c’est son grand parc arboré et bien entretenu, ses douves et sa rivière, ainsi que l’air de jeux qui permet même de « fatiguer les gosses » en prenant du repos au frais, sous les arbres 😉

Si vous ne deviez faire qu’un château dans le coin, je vous recommande grandement celui-ci

Plus d’informations :

Sororité ou l’art d’être soeur

Quelles sont chouettes ces deux petites filles qui se suivent, interagissent et s’aiment aussi fort qu’elles peuvent se chamailler dans la minutes qui suit 🥰

Je ne suis pas enfant unique et pourtant je ne me rappelle pas d’avoir eut autant de complicité avec mon frère. Mes filles s’adorent et s’occupent mutuellement. C’est un vrai plaisir à observer depuis ce début d’année

Et au delà de leur relation de soeurs, on perçoit souvent une forme de sororité entre elle 👩‍❤️‍💋‍👩. La plus grande apprenant des choses à la plus petite, et la petite répétant avec soin tout ce qu’elle a appris de la grande. Et ça, c’est sans compter le soutien qu’elles s’apportent lorsque l’une d’elle se gronder par les parents… Car Gaby – du haut de ces 3 ans- vient systématiquement nous gronder lorsqu’on rouspète sa soeur 😏

Alors elles sont chouette mes choupettes à vivre leurs aventures de soeurs. Et encore plus chouettes lorsqu’elles me disent qu’elles sont comme les soeurs de la famille Madrigal ou Elsa & Anne dans la reine des neiges. Ca montre à quel point ce concept de relation entre soeur leur parle, malgré leur différence d’âge et leurs fichus caractères 😬

Il n’y a pas d’âges pour être jeune

MissJ : « – t’as quel âge maman ?
Maman : – 40 ans
MissJ : – ah bah je le savais !
Maman : – tu savais quoi ?
MissJ : -Maé m’a dit qu’on est vieux à partir de 22ans. Mais c’est pas vrai, toi t’as plus et t’es pas vielle !

MissJ – 5 ans
(Semble décidée de flatter sa mère par accident)

La relation père-filles

On ne parle pas souvent de Lui sur ce blog, non ?
Mon psy aurait beaucoup de chose à dire là dessus, en commençant par signaler que les femmes trouvent souvent la relation maternelle suffisante, au risque d’oublier la tierce partie qu’est le père 😝.
Et il aurait peut-être raison, ou peut-être pas 🤷‍♀️.

Si je n’en parle pas, c’est qu’à mes yeux, il est toujours là. Et à default de faire « partie du décor » il est tellement dans le quotidien que j’oublie aussi de le mettre en lumière ?

Pourtant mes filles ont un père présent et super participant dans leur quotidien. Il a d’abord poussé au maternage et à l’éducation bienveillante. Puis il est passé à la lutte quotidienne contre les stéréotypes de genre et de classe, que MissJ s’est mise à construire depuis l’école maternelle 🙃.

Alors oui… il y a des moments où il perd patience (comme moi), et il y a des moments où on se dispute devant les filles, même si on limite autant que possible de se contredire l’un l’autre 🤯.
Chaque crise est reprise plus tard avec les filles, pour mettre des mots sur ce qu’elles ont pu voir ou entendre.
Car quitte à dépasser les bornes, on s’en sert comme support de discussion 🤷‍♀️ On parle ainsi de gestion des émotions, du rapport à soit, aux autres.

J’espère qu’avec tout ça, mes filles grandiront en ayant compris que les adultes, aussi, ne savent et ne réussissent pas tout. Que l’échec fait partie du quotidien, et que le principal est de faire les efforts pour que tout le monde se sente bien 🤔.

En attendant j’ai des filles qui appellent aussi bien « papa » que « maman », et je ne comprend toujours pas comment les familles mono-parentales arrivent à sortir la tête de l’eau 😱
Vous avez vraiement mon to-tal respect pour tout ça !